Les marchés automobiles ont commencé à décliner

le
0
Les constructeurs affirmaient pourtant encore récemment ne pas observer de ralentissement notable de leur activité.

Alors que les constructeurs affirmaient encore récemment ne pas observer de ralentissement notable de leur activité, plusieurs marchés automobiles montrent des signes de retournement.

Principale zone de danger, en Europe, la crise de la dette a commencé à se traduire par une chute de la demande. «Nous observons sur octobre-novembre une baisse des commandes sur l'ensemble du marché européen de 9 % sur un an », déclare au Figaro Jérôme Stoll, le directeur commercial de Renault. Sur neuf mois, les ventes de voitures neuves ont reculé de 1,1 % sur le Vieux Continent.

«Nous avons ressenti une petite inflexion de la demande en France à la mi-octobre, qui s'est étendue à l'Allemagne ou à l'Italie, précise le patron des ventes. Ces signaux faibles commencent à s'intensifier. » «Le marché européen se retourne un peu, avec un fort effet en France », constate également Frédéric Banzet, le directeur général de Citroën. L'allemand Opel prévoit, lui, «une contr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant