Les marchands de journaux dénoncent une «prise d'otage»

le
0
INTERVIEW - Gérard Proust, le président de l'Union nationale des diffuseurs de presse (UNDP), qui tenait mercredi son congrès national, s'alarme de la situation de plus en plus fragile des 27.500 marchands de journaux en France.

LE FIGARO. - Vous avez adressé une lettre ouverte au Syndicat général du Livre et de la communication écrite (SGLCE-CGT). Vous a-t-il répondu?

Gérard PROUST. - Non. D'ailleurs, je remarque que, depuis ce courrier, daté du 1er février dernier, les mouvements se sont durcis. Le Syndicat du Livre n'a donc rien entendu à notre message. La situation est loin de s'apaiser. Je n'ai pas à juger si le plan de restructuration engagé par Presstalis est judicieux ou pas, et si le combat mené par le Syndicat du Livre est légitime ou non. En revanche, le Syndicat du Livre doit comprendre qu'il doit trouver d'autres moyens d'expression que la prise en otage du réseau de distribution de la presse. Sinon, ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant