« Les manifestations peuvent gêner Pékin »

le
0
INTERVIEW - Mathieu Duchâtel, chercheur au Sipri (Stockholm International Peace Research Institute), basé à Pékin,répond au Figaro.

LE FIGARO. - Pourquoi cette poussée de fièvre maintenant?

Mathieu Duchâtel. - La tension n'a cessé de monter ces derniers mois. Elle a culminé quand le gouvernement japonais a pris une décision symbolique forte, celle d'acheter les îles. Paradoxalement, il s'agissait plutôt d'apaiser les choses, en évitant que cela soit le maire de Tokyo qui les achète au nom de la ville, sachant qu'il est proche des milieux nationalistes qui auraient eu accès aux îles.

Cette crise n'offre-t-elle pas un écran de fumée commode à la Chine alors que la transition politique est perturbée par les scandales et les rumeurs?

Il est vrai que le matraquage ­médiatique est impressionnant. Mais en même temps, j'ai l'impression que l'ampleur des manifestations peut gêner les dirigeants chinois, alors que la transition politique nécessite de la stabilité avant tout.

En fait, je pense qu'il y a en Chine un décalage entre la manière dont une telle crise est traitée dans les médias et l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant