Les maladies rares, nouvel eldorado de l'industrie pharmaceutique

le
0
«Les maladies rares et orphelines sont devenues des opportunités de croissance», avancent les analystes de la banque Barclays. (© J. Saget / AFP)
«Les maladies rares et orphelines sont devenues des opportunités de croissance», avancent les analystes de la banque Barclays. (© J. Saget / AFP)

Un changement de stratégie. Pendant des décennies, l'industrie pharmaceutique a délaissé les maladies rares et orphelines. Mais face aux génériques et à l'expiration de leurs brevets, les grands labos y investissent désormais des milliards de dollars pour assurer leurs profits et des relais de croissance. «Les maladies rares et orphelines sont devenues des opportunités de croissance», avancent les analystes de la banque Barclays.

Ce sont des affections, dont environ 80% ont une origine génétique, qui touchent un nombre restreint de personnes: moins de 200.000 aux Etats-Unis, moins de 30.000 en France. Plus de 7.000 maladies rares (mucoviscidose, maladie de Crohn, sclérose cérébrale, etc) ont été recensées par les scientifiques, affectant de 25 à 30 millions de personnes dans le monde, selon différentes études. Dans le même temps, il n'y a qu'environ 450 traitements en développement. D'où leur cherté: un traitement vaut parfois entre 100.000 et 400.000 dollars par an, ce qui permet d'assurer aux groupes les développant de confortables revenus et marges.

    À lire aussi : toute l'actualité sur les biotechs cotées

Pionnière du genre, la biotech américaine Genzyme, rachetée en 2011 pour 20 milliards de dollars par le groupe pharmaceutique français Sanofi, a introduit dans les années 1990 une

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant