Les maisons de naissance, alternative controversée à la maternité

le
0
Ces structures non médicalisées seront expérimentées d'ici à un an. Plébiscitées par les sages-femmes, elles suscitent en revanche les foudres des obstétriciens.

«C'est un souhait que l'on entend de plus en plus ces dernières années : certains parents veulent mettre leur enfant au monde dans un environnement moins médicalisé, de façon plus naturelle». Marie-Cécile Moulinier, secrétaire générale du Conseil de l'ordre des sages-femmes, se félicite : jeudi, les parlementaires ont réintroduit l'amendement de la loi sur le financement de la Sécurité sociale autorisant l'expérimentation des maisons de naissance. Proposé par Roselyne Bachelot, ex-ministre de la Santé, le projet venait d'être supprimé par les sénateurs. Et la polémique ne s'éteint pas.

Défendues par les sages-femmes, les maisons de naissance seront testées pendant sept ans à partir de septembre. Elles doivent permettre aux futures mères dont la grossesse est considérée «à bas risque» d'accoucher sous la seule supervision d'une sage-femme exerçant en libéral, dans une structure non-médicalisée, quoique située près d'une maternité. «Elles viennent

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant