Les magistrats égyptiens défient les Frères musulmans

le
0
Les juges défendent leur indépendance face au nouveau pouvoir qui est accusé de préparer une purge.

C'est un vrai brûlot contre les Frères musulmans. Dans sa lettre de démission, présentée mardi, et publiée mercredi dans le journal Al-Ahram, Mohammed Fouad Gadella, le conseiller juridique du président islamiste Mohammed Morsi ne ménage pas ses mots. Il y parle «d'assassinat de la justice» et dénonce le «monopole d'un seul courant sur la gestion de la transition».

À l'origine de sa contestation: cette proposition de loi, soumise au Sénat par un parti pro-Frères, qui prévoit de baisser l'âge de la retraite pour les magistrats de 70 à 60 ans - ce qui contraindrait 3 000 d'entre eux à quitter leurs fonctions. «Attention, danger!», s'insurge le juriste et professeur de criminologie, Ibrahim Eid Nayel. Pour lui, «c'est non seulement une purge, mais aussi le nouveau signe d'une "frérisation" des institutions, qui s'attaque aujourd'hui à l'appareil ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant