Les loyers progressent peu cette année

le
0
Les effets de la crise se font sentir. Les nouveaux locataires paient 0,9% seulement de plus qu'en début d'année.

L'arrivée d'un nouveau locataire n'est plus synonyme de hausse des loyers. Au cours des huit premiers mois de l'année, les loyers facturés aux nouveaux locataires ont augmenté de 0,9% seulement hors charges en moyenne sur un an. Moins qu'au cours de la même période de 2010 (+1,4%), selon l'observatoire Clameur.

La tendance devrait se poursuivre tout au long de l'année. Et les loyers de marché (nouveaux baux et renouvellements de baux existants) devraient augmenter de 1,8 % à 2% en moyenne en 2011. «Les loyers augmentent habituellement à l'automne», explique Michel Mouillart, professeur d'économie à l'université Paris-Ouest, auteur de l'étude réalisée dans 1.175 villes.

«La crise actuelle aura sûrement un impact sur la décision de déménager des locataires», poursuit-il. Pourtant, le marché locatif a retrouvé, depuis un an, une certaine vigueur. Les nouveaux baux signés depuis janvier sont en hausse de 5,3 % sur un an (+8,6% depuis 2009). Au total, 27,9% des locataires ont changé de logement (contre 29% à 30% avant la crise). «L'année 2011 confirme bien un redémarrage de l'activité mais la hausse des loyers reste faible car le pouvoir d'achat des Français est en berne dans un contexte d'incertitude économique», explique Michel Mouillart.

Des baisses dans 45% des villes

L'arrivée de nouveaux locataires a toutefois permis de stabiliser la vacance locative (+0,9%), en forte hausse ces dernières années. Mais la conclusion de nouveaux baux, qui concernent environ chaque année 1,5 million de ménages, «est plus difficile qu'avant la crise car les délais de remise en location se sont allongés ainsi que la fréquence et la durée de la vacance locative», constate l'étude. Pour relouer leurs biens, les propriétaires sont en effet de plus en plus nombreux à réaliser des travaux de rénovation après le départ du locataire. Un tiers (33,5%) des logements remis sur le marché en début d'année avaient bénéficié de travaux d'amélioration, contre 23,1% en 2008. «L'enquête relève un effort constant sur les travaux d'amélioration et d'entretien des biens immobiliers», s'est félicité mardi Benoist Apparu, secrétait d'État au Logement.

Le loyer de marché s'établit aujourd'hui à 12,40 euros le mètre carré en moyenne hors charges (16,60 euros/m2 pour les studios et une pièce, 12,60 euros/m2 pour les 2 pièces et 9,10 euros/m2 pour les 5 pièces). Les écarts de prix restent très importants selon les régions.

Les loyers baissent dans 45% des grandes villes de plus de 60.000 habitants (contre 20 % en 2010 et 50,6% en 2009). C'est notamment le cas à Dijon (-2%), Bordeaux (-0,9%), Grenoble (-0,3%), Montpellier (-0,6%), Saint-Étienne (-0,8 %), Toulon (-0,9%), Toulouse (- 0,4%) et même symboliquement Paris (-0,1 %). En revanche, certaines communes sortent du lot. À Brest (+3,1%), Le Havre (+2,0%), Reims (+2,4%), Lille (+1,9%), Nantes (+1,7%), Strasbourg (+1,5 %) et Lyon (+1,2%), les loyers augmentent plus vite qu'ailleurs.


LIRE AUSSI:

» L'immobilier entrave la mobilité professionnelle

» Haro sur les dérives des agences immobilières

» Les prix de l'immobilier se stabilisent à Paris

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant