Les loyers peuvent augmenter de 2,2 %

le
5
L'indice de référence des loyers a légèrement marqué le pas au deuxième trimestre. Il est utilisé pour réviser les loyers des locataires en place. Il servira aussi de base à l'avenir pour augmenter les loyers à la relocation.

L'indice de référence des loyers (IRL), qui sert de base à la révision annuelle des loyers en cours de bail, a augmenté de 2,2% sur un an au deuxième trimestre 2012, selon l'Insee. Cet indice, indexé sur l'inflation (+1,9% en juin sur un an), a légèrement marqué le pas par rapport au premier trimestre (2,24%).

En ce début d'été, les propriétaires bailleurs peuvent donc augmenter de 2,2%, les loyers des logements dont les baux arrivent à échéance au deuxième trimestre. À condition que le contrat de location prévoie une révision annuelle des loyers.

À partir du 1er août, cet indice devrait également servir de référence pour augmenter le loyer d'un logement lors de sa relocation ou lors du renouvellement du bail d'un locataire en place. La ministre du Logement, Cécile Duflot, a préparé un décret d'encadrement des loyers des logements privés, actuellement examiné par le Conseil d'État, qui concerne 43 agglomérations de l'Hexagone et de l'Outre-mer où les prix ont flambé.

Concrètement, avec ce texte, le propriétaire bailleur ne pourra plus augmenter le loyer de son bien à sa guise lors de l'entrée dans les lieux d'un nouveau locataire ou lors du renouvellement du bail d'un locataire en place. Il aura seulement la possibilité de le revaloriser en tenant compte du barème fixé par l'indice de référence des loyers (IRL). Des dérogations seront toutefois prévues en cas de travaux ou si l'ancien locataire payait un loyer sous-évalué par rapport à ceux pratiqués dans le voisinage. Mais, dans ces deux cas, le montant des hausses serait plafonné par le décret.

LIRE AUSSI:

» Les loyers auraient augmenté moins vite que l'inflation

» L'encadrement des loyers difficile à contrôler

» 1500 villes touchées par le blocage des loyers (Le Particulier)

» Les Français prudents face au blocage des loyers

» L'état du marché locatif ville par ville

» Plus de la moitié des Français prêts à louer leur domicile

» Des dessous-de-table pour louer un logement 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • titi18 le lundi 16 juil 2012 à 01:13

    normal les charges, impôts, matériaux, main d'oeuvre augmentent, il est normal de répercuter sur les loyers.

  • loco93 le samedi 14 juil 2012 à 16:32

    Aller encore une hausse des loyers! toujours plus haut l'immo, surtout pour s'offrir son nid douillet! Si on accepte de tout engloutir dans l'immo il faut pas se plaindre que son pouvoir d'achat s'effrite.... fermeture d'usine (PSA!!). mais bon en france on aime bien la langue de bois, on préfére dire que c'est à cause du cout du travail afin de faire payer encore le contribuable! toucher au patrimoine immo des députés et des riches (baisse des prix), hors de question!

  • tylerNR4 le vendredi 13 juil 2012 à 22:32

    quand on arrivera à 1000 euros mensuelle pour louer un 50m2 avec des salaires de 1000 euros peu être la foule commencera à se poser des questions sur les bonnes intentions de nos politiques

  • 22441350 le vendredi 13 juil 2012 à 13:55

    et alors... les nouveaux employés pourraient envisager d'aller voir leur banquier pour accéder à la propriété

  • 22441350 le vendredi 13 juil 2012 à 13:54

    comment améliorer le pouvoir d'achat des locataires et permettre un arbitrage correct de l'épargne disponible tant qu'on indexe la rémunération d'un capital sur les prix à la consommation; c'est le taux des placements les plus sûrs qui devrait être utilisé : le taux de rémunération des dépôts de la BCE ; on verrait alors si le capital n'irait pas vers les entreprises en augmentant à ce point la prime de risque