Les loyers baissent dans 80% des grandes villes, dont Paris

le
0

CONTENU INTERACTIF - Les loyers reculent de 0,9 % depuis janvier en France et de 3,5 % dans la capitale, selon l'Observatoire Clameur. Un peu plus confiants dans l'avenir, les locataires recommencent à déménager.

Pour la première fois depuis le début de la crise, les locataires déménagent à nouveau. Le changement de tendance s'est opéré à l'automne dernier et se poursuit en ce début d'année, alors que traditionnellement, les mois d'hiver sont calmes sur le marché locatif, constate la dernière étude de l'Observatoire Clameur. Résultat, 28,9 % des locataires ont changé de logement ces derniers mois (27 % en 2014), un niveau comparable à celui de 2007. C'est particulièrement vrai dans 16 régions (dont la Bretagne, Pays de Loire, Franche Comté, Bourgogne, Auvergne, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Alsace, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Picardie, Haute-Normandie, Basse-Normandie, Aquitaine).

Les locataires sont aussi plus mobiles dans la plupart des grandes villes, dont Marseille (le marché est resté longtemps très calme). Seule Paris, fait toujours exception. «Le moral des ménages s'améliore depuis l'automne dernier», analyse Michel Mouillart, professeur d'économie à Paris-Ouest et auteur de l'étude. Un peu plus confiants dans l'avenir, les locataires n'hésitent plus à déménager pour un logement plus grand ou plus confortable.

Malgré cette reprise, les loyers facturés aux nouveaux locataires baissent de 0,9 % en moyenne depuis janvier (sur un an), selon Clameur. Une évolution un peu plus marquée que celle des prix à la consommation (baisse des prix de 0,4 % en janvier sur un an). L'an dernier, les loyers ont grimpé de 1 % en moyenne selon l'Observatoire. Un constat qui diffère légèrement de celui fait par le réseau Century 21 (-1,1 % en moyenne en 2014).

Comme c'est le cas depuis 2011, les petites surfaces, les plus nombreuses sur le marché, sont celles qui baissent le plus en ce moment. Les loyers des studios reculent ainsi de 2 % sur un an, ceux des deux-pièces de 1,8 % et des trois-pièces de 0,2 %. En revanche, les quittances des quatre pièces (+1,8 %) et surtout des cinq-pièces (+3,5 %) augmentent sensiblement.

Baisse des loyers dans 80 % des grandes villes

Les loyers reculent à présent dans plus de la moitié des villes (53,6 %) de plus de 10.000 habitants. «Il s'agit de la proportion la plus élevée depuis 2009», note Michel Mouillart. Et dans 80 % des grandes villes de plus de 148.000 habitants. Paris (-3,5 %) affiche la plus forte baisse, suivie par Nice (-3,3 %), Le Havre (-3,3 %), Rennes (-2,2 %), Bordeaux (-1,3 %), Lille (-1,1 %), Nantes (-0,8 %) ou encore Toulouse (-0,2 %). Les raisons? «Les locataires recommencent à déménager, mais leur pouvoir d'achat reste en berne», explique Michel Mouillart. De plus, l'allongement des délais pour relouer un logement (près de huit semaines en moyenne, en hausse de 28,7 % depuis 2009) incite les propriétaires bailleurs à revoir leurs prétentions à la baisse.

C'est d'autant plus possible que ces derniers effectuent de moins en moins de travaux d'entretien avant de remettre leur bien sur le marché. Ce qui inquiète les pouvoirs publics et les professionnels de l'immobilier. «30.000 à 40.000 logements vont sortir du marché pour obsolescence», estime François Davy, président de Foncia et de Clameur. Toutes ces tendances devraient se poursuivre dans les mois qui viennent. «Les loyers ne sont pas près d'augmenter», prévoit François Davy.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant