Les logiciels espions, une spécialité israélienne

le
0
Les logiciels espions, une spécialité israélienne
Les logiciels espions, une spécialité israélienne

L'alerte déclenchée chez le géant Apple par la découverte qu'un logiciel d'espionnage permettait de pirater ses IPhone et IPad illustre la percée des entreprises israéliennes spécialisées dans les interceptions des communications.Confronté à cette cyber-menace, Apple a mis à jour en urgence ses mobiles commercialisés depuis 2011 pour les protéger contre le logiciel Pegasus, conçu par la firme NSO d'Herzliya, au nord de Tel-Aviv, dans la "Silicon Valley" israélienne.NSO est loin d'être seule sur ce créneau dans un pays qui se proclame la "nation start-up" et où les multiples menaces sécuritaires érigent la collecte du renseignement en impératif vital.Pas moins de 27 entreprises basées en Israël sont actives dans ce secteur, selon l'ONG britannique Privacy International. Ce chiffre place Israël très loin en tête du classement mondial avec 3,3 compagnies pour un million d'habitants contre 0,4 aux Etats-Unis et 1,6 en Grande-Bretagne.Parmi les clients de ces logiciels figurent des gouvernements d'Amérique latine, d'Asie Centrale ou d'Afrique.L'utilisateur de Pegasus, logiciel à la fois sophistiqué et personnalisable fonctionnant au départ par hameçonnage, peut accéder à la caméra, au micro ou à la géolocalisation de l'appareil piraté, aux contenus de messages, d'appels et de toute une série d'applications globales comme Gmail, Facebook, Skype, WhatsApp, Viber..."La mission de NSO est d'aider à faire du monde un lieu plus sûr en fournissant à des gouvernements légitimes une technologie qui les aide à combattre le terrorisme et le crime", indique un porte-parole de NSO dans un communiqué.- Experts recrutés à prix d'or -La société "se conforme totalement à la législation et aux règlements sur le contrôle des exportations", assure-t-il, faisant référence aux autorisations indispensables délivrées par le ministère de la Défense pour la vente à l'étranger d'armements et de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant