Les limites de la poussée du Front national

le
0
Avec seulement trois élus, l'extrême droite peine toujours, faute d'alliés, à gagner au scrutin majoritaire.

Marine Le Pen n'est pas avocate pour rien. Confrontée à des résultats en demi-teinte dimanche (on ne compte que trois députés d'extrême droite, dont deux du FN, et elle-même a été battue avec 49,89 % dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais), elle soutient que «la recomposition politique (...) est bel et bien là». Interrogée lundi sur France Info, la présidente du FN a souligné la nette progression de ses candidats opposés à la gauche lors de duels le 17 juin.

De fait, dans la 6e circonscription de Moselle, Florian Philippot est passé de 26,34 % au premier tour à 46,30 % au second. Dans la 3e des Bouches-du-Rhône, Stéphane Ravier a progressé de 29,87 % à 49,01 %. Dans la 16e des Bouches-du-Rhône, Valérie Laupies, qui avait recueilli 28,98 % au premier tour, a atteint 48,71 %.

Marine Le Pen a vu dans ces résultats la preuve d'«un fossé» entre «les consignes de l'UMP et la manière dont l'électorat réagit». Et la candidate à l'Élysée d'a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant