Les Light Blues ont suivi la lumière

le
0
Les Light Blues ont suivi la lumière
Les Light Blues ont suivi la lumière

Quatre ans après avoir sombré dans les bas fonds du football écossais, les Glasgow Rangers retrouveront enfin la première division la saison prochaine. Une renaissance inespérée il y a un an encore, et qui porte le sceau d'une stabilité financière retrouvée et la patte d'un coach audacieux, Mark Warburton.

Quatre ans. Quatre longues années déjà que les Teddy Bears ont quitté la Scottish Premier League pour la quatrième division nationale, laissant leurs meilleurs ennemis du Celtic orphelins d'un vrai challenge dans l'élite. Si à l'échelle de la vie du club ces années ne sont guère plus que quelques briques rouges dans le mur de l'Ibrox Park, elles ont été aussi longues pour les amoureux des Gers qu'une vie sur les bords du Styx. Miné par une gestion financière et sportive désastreuse, le club semblait bien incapable de grimper l'échelle vers son paradis. Abattus par la violente désillusion subie l'année passée en finale des play-offs face à Motherwell (1-3 ; 3-0), les Rangers semblaient condamnés à végéter un moment encore loin de leurs rivaux historiques. Jusqu'à l'arrivée d'un nouveau comité de direction et d'un nouvel entraîneur, déjà entré dans la longue histoire du club. De l'argent, de l'audace et une alchimie parfaite ont mené les Teddy Bears jusqu'à leur fauteuil laissé vacant depuis 2012. C'est avec plaisir qu'ils iront y poser leurs séants dès la saison prochaine, avec la furieuse envie de reconquérir un titre trop longtemps monopolisé par les Bhoys.

Le consortium Dave King à la rescousse


En mars dernier, la situation financière du club passe à nouveau d'alarmante à catastrophique. La grogne des supporters à l'encontre de l'ancien président, David Somers, grandit et tout le monde se met en quête d'un nouveau propriétaire. Le 6 mars 2015, le consortium de Dave King (composé de Dave King, Paul Murray et John Gilligan), un homme d'affaires écossais, remporte 87% des suffrages et s'empare du comité de direction des Rangers. Après un ballet incessant de marionnettes désarticulées en coulisses, les Gers s'apprêtent à enfin connaître le calme d'une stabilité retrouvée. Pour Alasdair Lamont, journaliste à la BBC Sport et spécialiste du football écossais, aucun doute n'est permis : le succès des Rangers vient avant tout de ce changement. " Je pense qu'avant même de parler de la révolution Warburton, il faut se pencher sur la situation en coulisses. C'est une des clefs essentielles pour comprendre la saison des Rangers. Depuis quelques années déjà, le comité de direction des Rangers était rempli de gens qui n'oeuvraient pas pour les intérêts du club. C'était pour la plupart des opportunistes qui pensaient qu'ils pourraient se…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant