Les libraires européens résistent face aux vendeurs sur internet

le
0
Les libraires européens résistent face aux vendeurs sur internet
Les libraires européens résistent face aux vendeurs sur internet

Malgré un environnement toujours difficile, les libraires européens résistent face à la concurrence de la vente à distance sur internet, grâce à la renaissance des indépendants et la mise en valeur de leur savoir-faire."Le constat est le même partout: c'est difficile. La France est l'un des seuls pays en Europe, avec l'Allemagne, qui réussisse à endiguer la baisse du marché du livre", affirme Mathieu de Montchalin, président du syndicat national des librairies françaises, qui participait jeudi à un rassemblement européen du secteur sur la Foire du livre de Francfort."On constate toutefois que les indépendants tirent mieux leur épingle du jeu que les chaînes. Les indépendants réussissent à maintenir leur clientèle et leur chiffre d'affaires est stable, même s'il ne progresse pas", ajoute-t-il.L'érosion du marché du livre perdure certes, mais les ventes sur internet progressent moins vite que par le passé, permettant aux librairies traditionnelles de limiter la casse. Les 20.000 points de ventes dans l'Hexagone, qui comptent 2.500 librairies proprement dites, ne diminuent pas, affirme le syndicat des libraires.Côté allemand, le chiffre d'affaires des librairies s'est légèrement amélioré de 0,9% de janvier à septembre par rapport à l'an passé, faisant un peu mieux que les 0,8% affichés par l'ensemble des canaux de distribution, selon l'Association des libraires et éditeurs allemands. Selon son président, Gottfried Honnefelder, "ce n'est pas une différence très grande, mais c'est une tendance".La santé des commerçants du livre n'en reste pas moins précaire. En France, comme dans 10 autres pays européens aujourd'hui dont l'Allemagne, leur survie doit beaucoup à la législation, qui impose aux livres neufs un prix unique fixé par l'éditeur."Si sous la pression des grands distributeurs de l'internet comme Amazon, Apple et Google, cela est sacrifié durant les négociations de libre-échange ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant