Les libéraux large vainqueurs des élections canadiennes

le , mis à jour à 06:16
0

(Précisions, majorité absolue pour les libéraux) MONTREAL/CALGARY, 20 octobre (Reuters) - Le parti libéral canadien de Justin Trudeau a remporté une large victoire aux élections législatives de lundi face au Premier ministre sortant, Stephen Harper, selon des projections de l'ensemble des chaînes télévisées basées sur des résultats préliminaires. Le dirigeant conservateur, au pouvoir depuis 2006, était donné battu par les derniers sondages alors qu'au début de la campagne électorale, voici 11 semaines, les trois grands partis --conservateurs, Nouveau parti démocratique (NPD, centre gauche) et libéraux-- étaient encore à égalité. Justin Trudeau, fils de l'ancien Premier ministre Pierre Trudeau, va devenir, à 43 ans, le deuxième plus jeune chef du gouvernement de l'histoire du Canada, deux ans après avoir pris la tête d'un parti libéral en pleine déconfiture après sa déroute électorale de 2011. L'ampleur de sa victoire dépasse toutes les prévisions et selon les projections des principales chaînes télévisées, son parti détiendrait la majorité absolue au parlement. "Les résultats ne sont pas ceux que nous espérions", a reconnu l'ancien ministre conservateur Peter MacKay, après les résultats préliminaires donnant les libéraux en tête dans 31 des 32 circonscriptions des provinces de l'Atlantique (Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador), où les conservateurs avaient remporté 14 sièges en 2011. La tendance s'est confirmée après la fermeture des bureaux de vote au Québec et dans l'Ontario, les deux principales provinces canadiennes, qui pèsent ensemble 199 des 338 sièges au parlement. Stephen Harper, dont le parti conservateur avait déjoué les pronostics en 2011 en obtenant la majorité absolue, a néanmoins sauvé son siège à Calgary, dans la province d'Alberta, indique la chaîne CTV. La déroute est également totale pour le NPD, qui selon des projections de Radio Canada, ne conserverait que sept des 54 sièges qu'il détenait au Québec. Dans les jours précédant le scrutin, la perspective d'une victoire du parti libéral, qui s'est engagé à gouverner pendant trois ans avec un déficit budgétaire afin de relancer les dépenses d'infrastructures et de soutenir la croissance économique, a provoqué un fléchissement du dollar canadien face au dollar américain. (Randall Palmer et Rod Nickel; Eric Faye et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant