Les libéraux de l'UMP se cherchent une place

le
0
Entre la Droite populaire et les centristes, Hervé Novelli et ses amis peinent à se faire entendre.

Que sont devenus les libéraux de l'UMP? Officiellement, ils sont enfin reconnus au sein du parti majoritaire. Leur chef de file, Hervé Novelli, président des Réformateurs, a été nommé secrétaire général adjoint, à responsabilités égales avec son homologue centriste Marc-Philippe Daubresse. Dans l'esprit du secrétaire général Jean-François Copé, lui-même gaulliste, leur trio est censé symboliser la «diversité» de l'UMP, née de la fusion entre le RPR, Démocratie libérale et l'UDF amputée de François Bayrou et de ses fidèles.

Mais cet équilibre entre les différentes sensibilités n'existe pas dans l'expression publique de la majorité, où prévaut ce qu'Hervé Novelli appelle la règle du «plus fort émetteur». Pour le plus grand bénéfice de la Droite populaire, spécialiste des positions tranchées sur la sécurité et sur l'immigration, ou de la Droite sociale, à laquelle Laurent Wauquiez, son fondateur, a offert une subite notoriété en proclamant

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant