Les Libanais redoutent un durcissement du Hezbollah

le
0
REPORTAGE - Depuis le début de la révolution en Syrie il y a seize mois, le Liban officiel a suivi une stricte politique de neutralité tant les partis libanais redoutent un débordement chez eux de la guerre civile syrienne.

Alors que la guerre fait rage à moins de deux heures en voiture, la Riviera libanaise connaît une belle saison. Pour le mois de juin, les statistiques du ministère du Tourisme ont enregistré l'arrivée de 157.361 voyageurs, soit une baisse de seulement 12 % par rapport à juin 2011, qui avait marqué un record historique. Si de nombreux Arabes du Golfe ont suivi les consignes de leurs autorités d'éviter le Liban, les touristes européens et américains continuent à venir. Mais ce sont principalement les Libanais de la diaspora qui viennent, l'été, dépenser leur argent dans leur pays d'origine.

Ceux-là n'ont pas fait défection. À «Eddé Sands», la plage privée la plus chic de la Riviera (située à la pointe sud de la ville historique de Byblos), le chiffre d'affaires a crû de 22 %. Tous les soirs ou presque s'y déroulent de somptueuses fêtes de mariage, à trois cents couverts, feux d'artifice et danse toute la nuit. À Beyrouth, les cafés d'Achrafieh ou de Hamra

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant