Les liaisons entre high-tech et médias, dangereuses pour les données privées ?

le
0
Les liaisons entre high-tech et médias, dangereuses pour les données privées ?
Les liaisons entre high-tech et médias, dangereuses pour les données privées ?

Les grands projets de mariage liant le monde des technologies et celui des médias, que ce soit AT&T et Time Warner ou Verizon et Yahoo!, visent entre autres à renforcer l'accès à des données pouvant permettre de cibler de la publicité ou des contenus.Les défenseurs de la vie privée s'inquiètent toutefois de la perspective d'une utilisation sans garde-fous de ces informations en ligne ou hors ligne."Pour les médias du XXIe siècle, tout tourne autour de la capacité à collecter des informations sur des individus quel que soit l'endroit où ils se trouvent, qu'ils utilisent leur téléphone portable ou regardent la télévision ou soient dans un magasin", indique Jeffrey Chester, du Center for Digital Democracy, une organisation de défense des droits des consommateurs.Le PDG d'AT&T, Randall Stephenson, assure que la fusion entre son groupe et Time Warner, qui va réunir l'un des plus grands fournisseurs américains de téléphonie mobile et d'internet résidentiel avec de puissantes marques de contenus (Warner Bros, HBO, CNN, Cartoon Networks), sera bénéfique pour les consommateurs comme pour les annonceurs publicitaires."Nous développerons des contenus mieux adaptés à ce que des segments spécifiques du public veulent regarder, quand, où et sur quel appareil", a-t-il indiqué. "Et nous utiliserons les connaissances (sur les utilisateurs) pour de la publicité ciblée", selon lui "beaucoup plus efficace et ayant beaucoup plus de valeur à la fois pour les annonceurs et pour nos clients".- 'Redoutables gardiens' -Le sénateur démocrate Ed Markey a prévenu toutefois que l'opération "pourrait augmenter les opportunités pour AT&T de collecter et d'utiliser des informations personnelles et sensibles sur les consommateurs américains"."Ces informations appartiennent aux consommateurs, pas aux fournisseurs de services en ligne", et devraient donc être protégées, a-t-il fait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant