Les leçons tactiques de Roma-Real Madrid

le
0
Les leçons tactiques de Roma-Real Madrid
Les leçons tactiques de Roma-Real Madrid

Confrontés à une Roma de Spalletti aux idées aussi modestes que bien préparées, le Real Madrid n'a pas brillé pour la grande première européenne de Zinédine Zidane. Le résultat est magnifique (0-2) et il paraît que c'est déjà tout ce qui compte à ce stade de la compétition. Mais derrière la qualification presque assurée, Zizou s'est surtout offert un peu plus de temps pour résoudre une équation madrilène historiquement insolvable.

Leur position est momentanément similaire, mais les trajectoires de leur parcours sont complètement différentes. Si Luciano Spalletti et Zinédine Zidane ont tous les deux enfilé le costume de Mister salvateur au cours de l'hiver, les capitales espagnole et italienne n'ont ni les mêmes espoirs, ni les mêmes objectifs. D'un côté, Zidane fait face au fantôme du Barça et à l'exigence permanente de la jungle madrilène : beau jeu, spectacle, buts et victoires. Sa force est d'être armé d'un effet de surprise, une sorte d'aura indéfinissable et incalculable qui encourage l'enthousiasme mais ne chasse pas les doutes.

Le résumé du match
De l'autre côté, Spalletti a déjà fait rêver la cité romaine et jouit d'une affection aussi éternelle que possible. Aujourd'hui, sa mission est de redonner à cet effectif talentueux les moyens de redevenir (très) compétitif. Le processus est plus lent, plus réaliste aussi, et n'exclut pas une phase d'adaptation. La solidité défensive, d'abord. Après avoir observé de près Ancelotti puis Benitez, Zizou est maintenant le maître d'un bateau qu'il n'a pas construit.La fluidité entre le milieu et les latéraux, ensuite. Et puis la participation de tous les offensifs dans le projet technique. Finalement, si Zidane se retrouve avec un navire rempli de cracks, sa liberté d'action est bien plus limitée. Si la confiance du vestiaire est bien le principal atout du Français et a permis un redémarrage spectaculaire en Liga, cela implique aussi que les changements hiérarchiques et les prises de position tactiques sont risqués. Après avoir observé de près Ancelotti puis Benitez, Zizou est maintenant le maître d'un bateau qu'il n'a pas construit.

Helguera et la confusion madrilène


Du côté madrilène, Zidane aligne ce qui ressemble fortement à une équipe-type galactique. Devant Navas, tout fonctionne par paire : Varane-Ramos, Carvajal-Marcelo, Kroos-Modric, Isco-James, Benzema-Cristiano. Chez elle au Stadio Olimpico, la Roma de Spalletti attaque la rencontre avec l'esprit de celle qui a préparé l'embuscade de la dernière chance. La semaine dernière,…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant