Les leçons tactiques de PSG-Real Madrid

le
0
Les leçons tactiques de PSG-Real Madrid
Les leçons tactiques de PSG-Real Madrid

Si le Parc des Princes n'a pas vu de but hier soir, il a assisté à une confrontation équilibrée, intense et d'un niveau technique élevé. Tactiquement, en revanche, le choc était déséquilibré : l'organisation de ce Real Madrid bis, brillamment orchestrée par un Rafa Benitez hyper actif, a fait douter un PSG qui avait pourtant une belle opportunité à saisir.

Ce PSG provoque un sentiment étrange et des émotions contraires. Il propose un potentiel gigantesque qui chatouille l'imagination, puis met en scène des prestations correctes qui épuisent nos tentatives d'explication. Entre fantasme et réalité, ce PSG provoque un jugement si nuancé qu'il en devient presque inaccessible, insaisissable. Concrètement, ce PSG fait croire à des volées de Cavani et des percées de Di Maria, puis offre un Uruguayen réinventé en ailier gauche stérile et un Argentin tenu en laisse dans un couloir droit qui cadenasse sa créativité et écrabouille sa finesse. Ce PSG nous suggère Pastore puis nous crève les yeux. Et au-dessus de tous ces efforts de compréhension de son football, au-dessus de ces envies avortées et de ces théories rêvées, les choix de Laurent Blanc règnent avec l'autorité de celui qui détient le pouvoir et la pression de celui qui sera jugé à la fin. Mais la fin n'est pas encore arrivée. Et hier soir, Blanc avait l'occasion de convaincre la capricieuse cité parisienne face à un entraîneur expert des coupes européennes : Rafa Benitez. Malheureusement, la prestation de ses hommes n'a pas convaincu.

Le retour de l'agressivité authentiquement madrilène


Si l'arrivée de Rafa Benitez sur le banc du Real Madrid a donné des sueurs froides à bon nombre des sujets de la campagne galactique du roi Florentino Pérez, le style de l'Espagnol a le mérite de faire renaître un Real authentique. Si elle avait eu lieu en phase finale, la performance des Blancos au Parc aurait pu entrer dans l'imaginaire collectif madrilène : armé de quelques canteranos et de son travail tactique habituel, Rafa a privé le richissime PSG qatari d'un succès qui lui était promis. La recette ? Agressivité, récupérations hautes, courses verticales, ligne arrière intelligente et soin du ballon. Pour cela, l'homme au 4-2-3-1 a choisi le 4-4-2. Un système géométriquement épanoui que le Parc a pu admirer de la première à la dernière seconde : dix hommes blancs disposés parfaitement au milieu d'une pelouse verte. Casemiro travaille dur, le talent de Kroos est toujours aussi mystique dans ce costume blanc qui met en valeur la justesse de ses choix et le génie de son application, et le quatuor offensif agresse.

Cristiano, Isco, Jesé, Vasquez. Sans Benzema, Bale et James, Rafa a fait appel à l'esprit de Juanito et du Real Madrid pure souche. Au bout du quart d'heure de jeu, la pression autour de la…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant