Les Leçons Tactiques de PSG-Manchester City

le
0
Les Leçons Tactiques de PSG-Manchester City
Les Leçons Tactiques de PSG-Manchester City

Après une prestation inconstante et inégale au Parc, le PSG de Blanc se retrouve dans une situation paradoxale à la veille du match le plus important de sa saison. Côté rêve éveillé, les Parisiens peuvent sereinement envisager le retour au vu du nombre d'occasions créées sans briller. Côté cauchemar amer, Paris a encaissé deux buts à domicile et laissé passer l'immense opportunité de s'envoler à Manchester avec une assurance tous risques. De toute façon, les deux points de vue s'accordent sur le plus important : le PSG n'a pas convaincu dans le jeu. Ni devant, ni derrière, et surtout pas au milieu.

Le désordre David Luiz


Le Parc des soirées européennes nous avait habitué à un football sophistiqué, charmeur et élitiste. Un football très parisien, finalement. Hier soir, pourtant, ce même Parc des Princes a plutôt été le théâtre d'un vulgaire spectacle, de quelques glissades ridicules et autres bouffonneries grotesques. A ce stade de la compétition, chaque ballon qui s'approche de la surface devrait être une menace de crise cardiaque. Hier soir, les deux équipes ont vite mis de côté l'excellence et la tension qui va avec. Dans ce contexte, s'il fallait choisir un visage pour habiller cette prestation, l'effectif du Paris-Saint-Germain ferait un beau casting. Matuidi ? Rabiot ? Motta ? Di María ? Mais toutes ces candidatures, plus ou moins justifiées, ne font pas le poids face à l'énigme David Luiz. Un joueur qui côtoie l'élite du football européen depuis déjà près de huit saisons, mais que personne n'arrive à cerner. Un défenseur héros-zéro qui brouille les pistes des pieds à la tête, de ses relances décontractées à ses anticipations guerrières.

Hier soir, cette énigme ambulante n'a pas trahi sa réputation. Comme le PSG, David Luiz a commis des erreurs. Sur le premier ballon du match, aux abords de la surface parisienne, le contrôle d'Aguero est joliment orienté et le corps du Brésilien est déjà dépassé. Carton jaune, suspendu pour le retour. Sur le premier but, David Luiz est pris entre l'envie d'anticiper Fernandinho et le devoir de couvrir De Bruyne. Une glissade plus tard, il ne fera ni l'un ni l'autre. Mais le Brésilien a aussi affiché un autre visage. Dix minutes après ce jaune pénalisant, c'est lui qui ira chercher les pieds de Sagna pour provoquer le pénalty parisien. Surtout, il empêchera le Kun de dominer la profondeur du Parc à l'aide de quelques sauvetages imposants. En temps normal, le PSG de Blanc préfère ressembler à Verratti et se faire juger sur son niveau de fidélité à sa " philosophie de jeu ". Mais hier soir, le PSG a bien plus ressemblé à David Luiz. Enigmatique, faussement à l'aise mais pas vraiment en difficulté. Et difficile à cerner.

Les blocs déconnectés de City


Sur le papier, Blanc fait des changements : revoilà Cavani à la place de Lucas et Aurier à la place de Marquinhos. Verratti et Pastore…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant