Les leçons tactiques de France-Russie

le
0
Les leçons tactiques de France-Russie
Les leçons tactiques de France-Russie

Le football français s'emballe avec joie parce qu'à deux mois de l'Euro, les Bleus viennent de marquer sept buts en deux matchs, avec sept buteurs différents. Et le football français a raison de s'emporter et d'oser rêver alors que toutes les grandes nations du football européen montrent leurs faiblesses.

D'autres sélections ont dû se construire à travers un périple entre forêts et montagnes – les qualifications et les barrages – pour arriver avec l'esprit libre à ces matchs amicaux qui annoncent le printemps. Mais pas l'équipe de France. Parce qu'en rentrant du Brésil au début de l'été 2014, sonnés par un coup de tête de Hummels, les Bleus sont montés à bord d'un tracteur que Didier Deschamps a sereinement mené sur une autoroute de tests amicaux. Des défaites contre le Brésil et l'Angleterre, des victoires contre l'Allemagne et la Belgique, et aucune incidence sur quoi que ce soit.

Un chemin long, lent, peu périlleux, et surtout dangereusement déconnecté des réalités de la grande compétition. Sa vitesse vertigineuse, sa pression étouffante, ses intrigues dramatiques… Les Bleus ont-ils brillamment remporté une course de tracteurs ce mardi soir ? Ou alors sont-ils déjà prêts ? En attendant le mois de juin et les réponses imprévisibles du groupe bleu face à la vraie tension de l'enjeu, ce long weekend de football international a eu le mérite de vraiment aider Deschamps à former son groupe. Alors qu'ils étaient venus pour une simple visite, Payet, Kante et Coman ont pris leurs quartiers avec cœur et raison.

Pogba, le talent et l'endroit


Face à une formation russe plus attirante sur le papier – Dzagoev, Zhirkov, Shatov – que joueuse sur la pelouse, Deschamps modifie largement le 4-3-3 révélé la semaine dernière à Amsterdam. Lloris reprend son poste ainsi que le brassard, Sakho remplace Koscielny et Sagna reprend le couloir droit à Jallet. Devant l'indétrônable Lass, Kante remplace Matuidi et se place en milieu relayeur droit. Devant, Martial commence à gauche tandis que Gignac récupère le rôle de numéro 9. D'où deux conséquences majeures dans l'animation offensive bleue. D'une part, la liberté de Griezmann dans le cœur du jeu alors que Gignac et Martial occupent des zones " délimitées " par leurs mouvements et leurs caractéristiques. D'autre part, la nouvelle position de Pogba en tant que milieu intérieur gauche, comme souvent à Turin, ouvert sur le jeu, l'axe et donc la surface. Un rôle qui suscite de l'excitation et de la tension dans les gradins : à chaque perte de balle du Français, on imagine aisément les " vas-y il me blase, lui ", rapidement suivis par des…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant