Les leçons tactiques de France-Portugal à l'Euro 2016

le
0
Les leçons tactiques de France-Portugal à l'Euro 2016
Les leçons tactiques de France-Portugal à l'Euro 2016

Le réconfort des espoirs du Mondial 2018 ne suffira pas. Les discours de Pierre de Coubertin peuvent aller se recoucher. C'est un crève-cœur, mais même le bonheur d'avoir vu la conduite de balle de Moussa Sissoko dominer une scène si prestigieuse s'avère insuffisant. L'histoire des Cebollitas et le concept de beau second ne réussiront pas à sécher nos larmes bleues. Parce que l'équipe de France a perdu une finale face au Portugal sur une frappe d'Eder de l'extérieur de la surface. Une défaite richissime en cruauté. Et en leçons.

Les chiffres du match


8 – Le nombre de ballons touchés par Cristiano Ronaldo.
3 – Le nombre de tirs cadrés du Portugal en 120 minutes. Deux frappes d'Eder et un ciseau de Quaresma. Comme si le destin avait voulu s'acharner.
5 – Le nombre de fautes provoquées par Eder en 40 minutes.
17 et 26, 5 et 11 – Le nombre de passes réalisées et de ballons touchés respectivement par Eder et Gignac, entrés en jeu en même temps.
4 – Le nombre d'occasions créées par Coman
132, 129, 101 – Le nombre de ballons touchés par le triangle d'or de la possession bleue : Pogba, Umtiti et Koscielny
5, 7 et 3 – Le nombre de tirs, de dribbles réussis et de fautes provoquées par Moussa Sissoko, premier Français dans les trois catégories. Héroïque.



L'amertume est coriace. Elle sent la mort, mais elle s'avère vivace. Dimanche soir au Stade de France, le jeu des Bleus n'est pas parvenu à tromper la vigilance de la défense portugaise. Pourtant, le destin bleu a longtemps plané au-dessus de Saint-Denis, comme s'il était sur le point de se remplir de joie et d'ivresse, de Moussa et de Grizi. Il y avait une attente, un suspense, une tension. Presque trop. Les Bleus ont déroulé leur plan de jeu correctement, sérieusement, avec application et comme prévu : le même circuit de possession de balle, les mêmes appels, les mêmes replacements défensifs. En résumé, les Bleus ont joué leur jeu et ont même réussi à se créer plus d'occasions que lors d'autres rencontres de cet Euro. Mais ce plan de jeu exigeait aussi l'intervention du destin, le coup de pouce d'une bonne étoile, une main allemande ou un bout de pied irlandais. Et hier, cette bonne étoile était trop occupée à donner des ailes à Eder.

Rendez-vous manqué, sortie décisive et rythme perdu


C'est l'histoire d'un rendez-vous amoureux déséquilibré. Le football, lorsqu'il se retrouve aussi fermé par l'un de ses auteurs, ressemble parfois à une tentative de séduction compliquée. D'un côté, la fille a des milliers de types prêts à…













Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant