Les leçons tactiques de France-Irlande

le
0

Et si ce penalty concédé d'entrée de jeu était la meilleure chose qui pouvait arriver aux Bleus ? Menés au score et forcés de jouer pour la première fois de l'Euro, les hommes de Deschamps ont douté et traversé une expérience à la fois frustrante et fascinante, énervante et enivrante. Ce huitième de finale restera gravé dans l'histoire comme la première mise à l'épreuve du caractère de cette sélection, qui a " secoué le cocotier " et montré trois visages sous le soleil lyonnais : orgueil, panique et sourire.

Les chiffres des Bleus

- 0 comme le nombre de longs ballons réussis par Évra (0/4) et Sagna (0/0). Réduits à un petit périmètre de jeu, les latéraux bleus ne permettent pas au bloc français de gagner du terrain.
- 5 comme le nombre de tacles réussis par Griezmann, premier Français dans cette catégorie (devant Pogba, 4). Grinta.
- 4 comme le nombre de dribbles réussis par Pogba, qui a dû prendre des risques en première période pour éliminer son vis-à-vis et libérer l'attaque française.
- 8, 6, 2, 2 et 1 comme, dans l'ordre, le nombre de tirs tentés par Griezmann, Payet, Pogba, Matuidi et Giroud. Un pivot qui aurait pu proposer plus d'appels dans les petits espaces.
- 91 comme le nombre de ballons touchés par Pogba (devant Griezmann, 88). Fantaisiste en première période, puis organisateur après la sortie de Kanté.
- 52 comme le nombre de ballons touchés par le gardien Darren Randolph. Aucun Irlandais n'a fait mieux.


Le tableau de la rencontre : la victoire dans la peur


Avant tout, tâchons de découper la rencontre en plusieurs scènes pour mesurer l'impact des faits de jeu, mieux comprendre les changements d'équilibre et mettre en perspective les choix de Didier Deschamps. À la suite de la séquence burlesque du penalty, la seconde séquence du match (3e-27e) nous a proposé une réaction d'orgueil intense, au talent et au courage. Enfin mis à l'épreuve, les Bleus ont répondu à l'uppercut irlandais sans avoir peur de baisser leur garde pour mieux frapper : une répétition de corners, deux coups francs dangereux (Payet puis Pogba) et une série de frappes (Giroud une fois, Griezmann trois fois). Le plus souvent, c'est Pogba qui porte le jeu et part défier les Irlandais pour créer des…









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant