Les Leçons Tactiques de France-Allemagne 2016

le
0
Les Leçons Tactiques de France-Allemagne 2016
Les Leçons Tactiques de France-Allemagne 2016

Il l'a fait. Lui, Didier Deschamps. Lui, Antoine Griezmann. Lui, Hugo Lloris. Lui, Samuel Umtiti. Lui, Paul Pogba. Lui, Bacary Sagna. Lui, Laurent Koscielny. Lui, Moussa Sissoko. Lui, Patrice Evra. Lui, Blaise Matuidi. Lui, Olivier Giroud. Lui, Dimitri Payet. Lui, N'Golo Kante. Lui, Yohan Cabaye. Lui, André-Pierre Gignac. Lui, lui, lui et tous les autres. L'équipe de France l'a fait. Et la théorie de la force du groupe de DD a encore vaincu. En face, il y avait le champion du monde en titre et ses idées de jeu sophistiquées. Presque trop subtiles.

Les chiffres des Bleus


3 – Le nombre d'occasions créées par Olivier Giroud, un homme qui préfère donner que prendre.
15/25 – Le ratio de longs ballons réussis d'Hugo Lloris. Des parades et des diagonales, le pain et le nutella.
11 - Le nombre de ballons repoussés par El Doctor Koscielny.
5 – Le nombre de dribbles réussis par Griezmann. Premier Français. Autant tous les autres Bleus réunis.
7 – Le nombre de tirs tentés par Griezmann. Premier Français. Autant que Payet, Giroud, Pogba et Gignac réunis.
58 – Le nombre de ballons touchés par Griezmann, premier bleu dans cette catégorie devant Pogba (50). Ahurissant pour un attaquant buteur et meneur. La tête, le cœur et les jambes de cette équipe.


Le petit prince voulait qu'on lui dessine un mouton. Dans la nuit marseillaise, Antoine Griezmann n'a pas tremblé au moment de crayonner nos songes enfantins. D'un coup de pinceau aussi fin que décidé, mené par cette conduite de balle d'ailier latin et emporté par ce sens du jeu de meneur français, Grizou n'a cessé de remettre le plan de jeu des Bleus sur ses épaules quand celui-ci insistait pour rester au sol. Dès les premiers instants, il signait une percée que seuls les petits génies gauchers savent entreprendre. Mais Grizou n'est pas petit. Face au géant Boateng, il a longtemps rebondi mais est toujours revenu. S'improvisant meneur de jeu reculé, loin comme Redondo mais rapide comme Djorkaeff, il a tenu le jeu des Bleus entre ses pieds. Un contrôle, une relance, une remise. Au duel, au dribble, au tacle. Tout est passé par Grizou. Et au milieu du désert de l'animation offensive bleue, à l'image d'un Antoine de Saint-Exupéry paumé dans le Sahara, Antoine a lui aussi écrit son histoire de petit prince.

5 minutes de bleu, 40 minutes de blanc


Le cœur bat à cent à l'heure mais le jeu n'accélère pas. Un faux rythme, une musique saccadée et lente : le début de la rencontre est un tour d'observation. Comme prévu, les Allemands ne…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant