Les leçons tactiques de Barça-Bayern

le
0
Les leçons tactiques de Barça-Bayern
Les leçons tactiques de Barça-Bayern

Et si le résultat pouvait gâcher le jeu ? Et si le football devait se limiter à l'onctuosité des mouvements et à la grandeur de l'effort ? Il est toujours difficile d'oublier le résultat au cours d'une analyse du jeu. Il faut essayer de percevoir les intentions des deux entraîneurs, évaluer le degré de réalisation de ces dernières, et les juger, aussi, en fonction de celles de l'adversaire. Mais parfois, le résultat vient tout écraser comme un tsunami. Ou comme un coup de génie venu d'une autre planète. Ou même deux coups de génie, tiens. Ou trois... Là, les idées s'inclinent. Mais ça ne veut pas dire qu'il faut les oublier ou les dénigrer pour autant.

Les entraîneurs s'étaient préparés durant des semaines. Les collectifs s'étaient rodés puis défiés durant 75 longues minutes d'intensité, de beau jeu et de bataille tactique. Et puis, Messi apparut. Pour analyser une telle rencontre, préparée par deux staff d'entraîneurs ultra compétents, mais décidée par le bout du pied d'un seul être, la nuance est indispensable. Peut-on analyser le jeu proposé par un match de football sans tenir compte de son résultat ? Ce serait l'idéal, mais est-ce possible ? Du 0-0 au 0-3, plusieurs grilles d'analyse sont bouleversées. Une défense solide devient une passoire, une possession intelligente devient une conservation stérile et un entraîneur brillant devient un entraîneur humilié. Alors, il faut savoir observer attentivement les deux côtés de la médaille : le 0-0 et le 0-3. Parce qu'à la 75e minute, le Bayern tenait un match nul intéressant, l'un de ces classiques zéro à zéro remplis de jeu, et avait proposé une attitude tactique courageuse, organisée, et même raffinée.

Mais aussi parce que durant ces 75 minutes, ce même Bayern était passé près de la rupture, subissant au total 15 tirs (contre 7 en moyenne en Bundesliga) dont 8 cadrés. " Le résultat est impressionnant, mais le match a été très équilibré ", a résumé Luis Enrique. Guardiola a aussi parlé de sa stratégie et de sa vision du match : " Le Barça est tellement en forme, en particulier ses attaquants, que la meilleure manière de les contrôler et de restreindre leur jeu. Si tu n'as pas la possession contre le Barça, c'est très difficile. Donc notre plan était de monopoliser le ballon et de les faire courir. Mais on n'a pas été assez dominants. Avec quatre défenseurs, on a été plus solides qu'à trois derrière. Puis on a perdu le contrôle dans les derniers moments du match : on est mal positionnés sur les deux premiers buts, et le troisième est presque inévitable ".
La guerre du ballon
Si Guardiola dit ne pas avoir eu la possession, c'est parce qu'il est habitué à transformer cette possession en domination. En réalité, le Bayern a bien eu la possession de balle contre le Barça au Camp Nou – ce qui est un exploit remarquable en soi –, mais il s'est bien trop battu pour espérer le transformer en attaques répétées : 54% seulement, rien à voir avec la moyenne de 70%. Alors que Pep avait annoncé des surprises, le Bayern se présente effectivement avec un schéma très ambitieux et…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant