Les lauriers pour Leicester, les regrets pour Arsenal

le
0
Les lauriers pour Leicester, les regrets pour Arsenal
Les lauriers pour Leicester, les regrets pour Arsenal

Le chef d'œuvre de Vardy, Agüero qui continue de porter City, United qui sort enfin de sa torpeur, Tottenham qui s'invite un peu plus dans la danse ou encore Forster qui écoeure Arsenal. La vingt-quatre journée de Premier League a offert quelques réjouissances. Florilège.

L'équipe de la journée : West Ham


C'est fou comme la magie de Dimitri Payet peut déteindre sur toute une équipe. Écarté durant trois mois à cause d'une blessure à la cheville, le Frenchy et chouchou de Slaven Bilić éclaire le jeu de West Ham depuis son comeback sur les pelouses. Enlisés dans une sale dynamique en son absence (5 nuls et 1 défaite en 7 matchs de Premier League), les Hammers sont redevenus conquérants et décomplexés avec leur maître à jouer. Face à la lanterne rouge Aston Villa (2-0), mardi, ils n'ont pas tremblé et se sont imposés, une semaine après le nul concédé contre Manchester City (2-2). Bien aidés par l'expulsion précoce et stupide de Jordan Ayew au quart d'heure de jeu, les buteurs Antonio et Kouyaté ont terminé le travail. "C'est une grande victoire pour nous, a assuré Slaven Bilić au micro de Sky Sports. Je n'ai rien à dire, si ce n'est de féliciter mes joueurs. Après la pause, on a joué exactement comme on le voulait, à deux touches, entre les lignes. On n'a pas paniqué, on a été patient, rapide et dynamique sans jamais s'essouffler". À une seule longueur de Manchester United et à six de la quatrième place, West Ham (6e) poursuit son chemin sans faire de bruit. Et avec un Dimitri Payet toujours sensationnel, il n'est pas interdit de rêver.

Le joueur de la journée : Fraser Forster


"On a produit la performance que l'on voulait, notamment en seconde période, mais on n'a pas été capable de convertir nos nombreuses occasions. C'est ce qui est le plus décevant. Notre finition a été très mauvaise". En conférence de presse d'après-match, le discours d'Arsène Wenger transpirait la frustration. Si le boss alsacien a regretté le manque de réalisme de ses attaquants, il a aussi dû courber l'échine devant la performance éblouissante de Fraser Forster. Le gardien de Southampton a été le grand bonhomme de la soirée à l'Emirates Stadium, permettant à son équipe empruntée et peu à son aise de décrocher le point du match nul (0-0). Auteur de dix parades au cours du match (son total le plus élevé sur un match depuis qu'il évolue dans l'élite), dont trois grandioses face à Özil et Giroud, le…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant