Les larmes de Marc Madiot en passant par Renazé

le , mis à jour à 06:10
0
Les larmes de Marc Madiot en passant par Renazé
Les larmes de Marc Madiot en passant par Renazé

De Granville (manche) à Angers (Maine-et-Loire)

De l'un de nos envoyés spéciaux

 

Et, soudain, à la sortie du virage qui débouche sur la ligne droite vers Renazé, Marc Madiot fond en larmes. Au volant de la voiture de la FDJ, le manageur de 57 ans craque, submergé par l'émotion. « A ce moment-là, tu revis ton passé », dira-t-il plus tard, après avoir été fêté par son village natal et beaucoup de ses 2 600 habitants. Nous avons accompagné le Mayennais à l'occasion de son passage sur ses terres.

 

11 h 20. « Allez Marc, allez Renazé ! » La voiture du double vainqueur de Paris-Roubaix (1985, 1991) passe la ligne de départ sous les encouragements d'un spectateur. Frédéric Grappe, directeur de la performance de l'équipe, est son passager. Très vite, l'actualité du jour entre au coeur de leurs échanges. « Renazé, c'est notre jeunesse », soupire Madiot. « C'était quelque chose quand même, sourit Grappe en repensant aux intenses stages de cyclo-cross de la FDJ. Wiggins, il était cramé, on l'allongeait sur la banquette arrière ! Il a dû se dire qu'il était tombé sur des gars complètement cinglés ! »

 

12 heures. Comme tout au long de la journée, le réseau téléphonique ne fonctionne guère. Fred Grappe, le Doubiste, chambre son complice. « En Mayenne, on veut être tranquille, on ne veut pas d'emmerde ! » répond Madiot. Un appel parvient malgré tout en provenance de Renazé. On distingue des chants. « Ils sont prêts », glisse Madiot.

 

12 h 47.Au bord de la route, des spectateurs pique-niquent. « Ah, ça commence à sentir la saucisse ! » se réjouit Madiot.

 

13 h 10. « Satisfaction » des Rolling Stones, dont l'intro est la sonnerie de téléphone de Madiot, tourne à fond dans la voiture. « Ça met dans l'ambiance pour arriver en Mayenne ! » dit-il.

14 h 8.Une photo postée de Renazé parvient sur le portable de Fred Grappe. « C'est qui ? » ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant