Les langues se délient sur les maladies mentales

le
0

Grâce aux témoignages de patients et de proches, on en sait plus sur des troubles du comportement, jusque-là très hermétiques.

C'est comme un nouveau continent qui apparaît. Cette terre dont on a encore du mal à dessiner les concours, c'est la maladie mentale, désormais dévoilée par les nombreux patients qui depuis quelques mois racontent dans leur livre le vécu quotidien avec des troubles relevant de la psychiatrie.

Jusque-là, celles-ci terrorisaient autant qu'elles désespéraient. Vous disiez «maladie mentale» et venaient à l'esprit des images d'Hôpitaux Psychiatriques, de camisole de force et autre Vol au-dessus d'un nid de coucou. Désormais, la schizophrénie décrite - entre autres! - par Polo Tonka (Dialogue avec moi-même, Éd. Odile Jacob) ou la Norvégienne Arnhild Lauveng (Demain j'étais folle, Éd. Autrement), l'autisme raconté par Hugo Horiot (L'empereur, c'est moi, Éd. L'Iconoclaste) ou la bipolarité restituée par Marie ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant