Les Kurdes marchent vers leur autonomie

le
0
Après leurs frères d'Irak en 2003 à la chute de Saddam Hussein, les Kurdes de Syrie (10 % de la population) profitent du chaos actuel pour prendre leur destin en main.

Il est minuit moins cinq dans les régions kurdes du nord de la Syrie. Les unes après les autres, les villes échappent au contrôle de Bachar el-Assad pour passer entre les mains de cette minorité non arabe, longtemps opprimée par le pouvoir central à Damas. Après leurs frères d'Irak en 2003 à la chute de Saddam Hussein, les Kurdes de Syrie (10 % de la population) profitent du chaos actuel pour prendre leur destin en main. «Les districts de Qabaneh, d'Afrine, d'Amouda, de Derika Hamko et de Girhelaghé sont désormais gérés par les Kurdes, affirme Khaled Issa, un responsable kurde en exil à Paris. Il ne reste plus que les villes de Qameshli, Ras al-Aïn, Der Bassié où des discussions sont engagées entre les Kurdes et les autorités locales pour assurer un transfert en douceur du pouvoir.» Car jusqu'à présent, à la différence des zones à majorité sunnite où rebelles et forces loyales à el-Assad s'affrontent, chez les Kurdes, le transfert des responsabilités s'e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant