Les Kurdes irakiens réclament une assistance militaire aux USA

le
0

par Missy Ryan WASHINGTON, 1er août (Reuters) - Les autorités de la région semi-autonome du Kurdistan irakien pressent l'administration américaine de leur fournir des armes sophistiquées pour repousser les djihadistes sunnites qui ont fait irruption dans le nord de l'Irak, a-t-on appris de sources kurdes et américaines. Selon un responsable kurde, une délégation a transmis le message début juillet à Washington, et de sources américaines autorisées, on indique que l'administration Obama examine les moyens de renforcer les lignes de défense kurdes. Pour les autorités de la région semi-autonome, une aide des Etats-Unis est essentielle pour que les combattants peshmerga prennent la mesure des djihadistes de l'Etat islamique (ex-EIIL) et de leurs alliés sunnites. Les Kurdes irakiens réclament notamment des chars, des transports de troupe blindés, des pièces d'artillerie et des fusils de haute précision. Avec la débandade de l'armée régulière irakienne, les Kurdes irakiens se sont retrouvés en première ligne devant l'offensive déclenchée début juin par les combattants de l'Etat islamique. Plusieurs centaines de milliers de réfugiés du nord se sont placés sous leur protection. Les forces autonomes kurdes ont parallèlement exploité la situation en prenant le contrôle de la ville pétrolière de Kirkouk, en bordure des limites de la région semi-autonome et jusque-là tenue par l'armée irakienne. Il est hautement improbable que Washington équipe directement le gouvernement régional du Kurdistan, dit-on au selon de l'administration, mais des options sont à l'étude, qui passeraient notamment par une coordination avec le gouvernement central de Bagdad. Il faudrait pour cela que les Kurdes surmontent la suspicion qu'ils éprouvent à l'égard du Premier ministre chiite Nouri al Maliki. "Compte tenu de la menace à laquelle l'Irak est confronté, les Etats-Unis vont continuer de collaborer avec Bagdad et Erbil (ndlr, la capitale du Kurdistan) pour renforcer la coopération sur le front de la sécurité et sur d'autres questions", a dit un responsable américain sous couvert d'anonymat. Pour les Etats-Unis, qui soutiennent l'autonomie des Kurdes irakiens depuis 1991 mais ne défendent pas leurs revendications indépendantistes, l'équilibre est délicat à trouver. Par le passé, Washington a déjà fourni une aide militaire par des canaux détournés: un programme de la CIA a ainsi permis de livrer des armes et de former des combattants de certains groupes de la rébellion syrienne en lutte depuis plus de trois ans contre le régime de Bachar al Assad. (avec Michael Georgy à Bagdad; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant