Les Kurdes irakiens disent avoir été attaqués à l'arme chimique

le
0

BAGDAD, 14 août (Reuters) - Les autorités kurdes en Irak ont affirmé vendredi que des combattants peshmergas avaient probablement subi une attaque à l'arme chimique, peut-être du gaz chloré, menée par le groupe Etat islamique (EI). Le Conseil de sécurité du Kurdistan dit enquêter sur plusieurs attaques de l'organisation djihadiste contre les positions kurdes, dont l'une a eu lieu cette semaine à Makhmour, au sud-ouest d'Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien. "Les premières informations indiquent que des agents chimiques ont été tirés sous la forme de projectiles, peut-être des obus de mortier", peut-on lire dans un communiqué du Conseil de sécurité du Kurdistan. "Plusieurs peshmergas ont été soignés pour des vertiges, des vomissements et des états de faiblesse générale, tandis que d'autres sont soignés pour des brûlures", ajoutent les autorités kurdes. L'usage du gaz chloré, potentiellement mortel, en tant qu'arme est interdit depuis l'entrée en vigueur en 1997 d'une Convention internationale sur les armes chimiques. Selon le Wall Street Journal, les Etats-Unis soupçonnent l'EI d'avoir eu recours à du gaz moutarde cette semaine lors d'une attaque contre les forces kurdes en Irak. (voir ID:nL5N10O522 ) (Anthony Deutsch; Simon Carraud pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant