«Les juifs sont chez eux en France, pas les antisémites», clame Hollande devant le Crif

le
0
«Les juifs sont chez eux en France, pas les antisémites», clame Hollande devant le Crif
«Les juifs sont chez eux en France, pas les antisémites», clame Hollande devant le Crif

A l'occasion du 30e dîner du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France), qui se déroulait lundi soir à Paris (XIVe arrondissement), François Hollande a tenu à rassurer la communauté juive. Alors que les actes antisémites ont doublé en 2014 par rapport à l'année précédente, le président de la République a rappelé que «les juifs sont chez eux en France», ajoutant que «ce sont les antisémites qui n'ont pas leur place». Le chef de l'Etat a par ailleurs annoncé plusieurs mesures pour lutter plus efficacement contre les propos et les actes de haine «racistes, antisémites ou homophobes».

Des sanctions plus sévères contre les actes antisémites

Des sanctions «plus rapides et plus efficaces» vont être prises «contre les propos de haine», relevant du «racisme, antisémitisme et homophobie», a annoncé François Hollande. «J'ai souhaité que ces propos ne relèvent plus du droit de la presse mais du droit pénal», a affirmé le chef de l'Etat. Ce dernier souhaite renforcer «le caractère aggravant d'un délit au caractère antisémite».

François Hollande a aussi déploré que l'antisémitisme soit «toujours là, soixante-dix ans après la Shoah». «Les juifs sont chez eux en France. Ce sont les antisémites qui n'ont pas leur place. Votre patrie vous doit protection et affection», a insisté le président en s'adressant à la communauté juive. Evoquant la profanation du cimetière juif de Sarre-Union, dans le Bas-Rhin, le chef de l'Etat a rappelé que les auteurs présumés des dégradations étaient des «Français de souche».

VIDEO. Antisémitisme : Hollande promet des «sanctions plus rapides et efficaces»

« Rien ne doit nous diviser, il faut nommer les choses oui, mais en même temps il faut unir les gens», a également proclamé le chef de l'Etat. Des mots qui interviennent quelques heures après ceux tenus un peu plus tôt par le président du Crif, Roger Cukierman et qui avaient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant