Les joueurs comblés

le
0

BIEN ENTENDU, les joueurs de l'équipe de France ont savouré leur qualification face à l'Islande, balayée 5-2 pour se hisser en demi-finale. Mais avant des retrouvailles avec l'Allemagne teintées d'un parfum de revanche, les Bleus ont surtout apprécié la communion avec le public du Stade de France, un public réputé difficile et versatile. « On est comblés par l'engouement autour de l'équipe de France, tout le bonheur qu'on procure. Tout le monde a vu notre communion ce soir (dimanche) », se félicite Blaise Matuidi, qui a beaucoup échangé avec tous ses coéquipiers sur ce nouvel engouement. Jamais, ces Bleus-là n'avaient connu une telle connexion avec leurs supporteurs. La plupart d'entre eux avaient jusque-là surtout expérimenté les sifflets, l'indifférence, les doutes et un certain mal-être. Les temps changent. Joie, fierté, passion Depuis le début de l'Euro, les coéquipiers de Lloris ne sentent que de la joie, de la fierté, de la passion, des encouragements... « L'ambiance était incroyable contre l'Islande. On a besoin de ce soutien. On se sent aimés, poussés par les supporteurs, et on essaye de leur rendre tout cet amour sur le terrain, par nos performances et par le plaisir qu'on leur donne », poursuit Olivier Giroud. Avant la rencontre face aux Islandais, les Tricolores sont allés saluer les fans en bas de la tribune Nord du Stade de France. Ils y sont retournés après le match pour un grand moment : main dans la main et bras en l'air à l'unisson avec leurs supporteurs pendant une dizaine de secondes, ils ont vibré. « On sent une véritable énergie positive autour de nous. Les supporteurs sont derrière nous. C'est un vrai kop qu'on a désormais. Cela a débuté lors de France - Ukraine (barrages du Mondial en novembre 2013). Ce jour-là, on sentait en entrant sur le terrain que ça allait passer », assure Patrice Evra. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant