Les jihadistes surfent le cyberespace pour recruter des Occidentaux

le
0
Les jihadistes surfent le cyberespace pour recruter des Occidentaux
Les jihadistes surfent le cyberespace pour recruter des Occidentaux

Les groupes jihadistes, auxquels étaient liés les trois hommes ayant mené des attaques en France, pratiquent une propagande hyper-sophistiquée sur la toile pour gagner des recrues occidentales, affirment les experts.Les organisations, du groupe État islamique (EI) à Al-Qaïda en passant par les shebab somaliens, utilisent l'anonymat et le vaste réseau d'internet pour ramener dans leurs filets des Occidentaux, les inciter à rejoindre les champs de bataille ou à mener des actions violentes dans leur pays.Les deux frères, auteurs du massacre à Charlie Hebdo, ont revendiqué leur appartenance à Al-Qaïda péninsule arabique (Aqpa), basé au Yemen, tandis que l'assaillant du magasin juif a assuré appartenir à l'EI. Les formations radicales islamistes cherchent depuis longtemps à recruter des Occidentaux mais internet a révolutionné leur approche, selon Clint Watts, analyste du Foreign Policy Research Institute, aux Etats-unis."Il y a trente ans, cela prenait du temps pour réussir à envoyer des gens en Afghanistan" où les jihadistes combattaient les troupes soviétiques, rappelle-t-il. "Mais maintenant ils utilisent les réseaux sociaux pour leur propagande et c'est pourquoi ils peuvent recruter avec une telle célérité". - L'EI en pointe -Pour faire circuler leurs messages, les jihadistes jonglent entre les différentes formes de média. L'Aqpa publie ainsi périodiquement depuis 2010 un magazine en PDF en langue anglaise intitulé "Inspire" dans lequel il expose en détail son idéologie et explique à ses lecteurs comment mener des attaques.Dans ses derniers numéros, il a présenté la France comme une cible et désigné le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Charb, tué lors de l'attaque, comme l'une des personnes "les plus recherchées".Le Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, diffuse des vidéos habilement montées, des photos et des communiqués sur son compte officiel Twitter et sur le site ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant