Les jihadistes français sont «les plus extrémistes», selon un ex-membre de l'EI

le
3
Les jihadistes français sont «les plus extrémistes», selon un ex-membre de l'EI
Les jihadistes français sont «les plus extrémistes», selon un ex-membre de l'EI

L'exemple du tueur présumé du Musée juif de Bruxelles et ancien geôlier d'otages en Syrie, Mehdi Nemmouche, a récemment montré la place occupée par les jihadistes français dans les rangs de l'Etat islamique (EI). Et selon l'un des anciens membres de l'EI interrogé ce lundi par CNN, ils seraient «encore plus extrémistes» que leurs frères d'armes. «Ils viennent de France, mais c'est comme s'ils faisaient partie de l'Etat islamique depuis des années», ajoute-t-il.

Sous le pseudonyme d'Abou Omar (le même surnom qu'avait pris Mehdi Nemmouche en Syrie), il explique avoir cru dans la création d'un Etat islamique. Âgé de 29 ans, il a même quitté sa femme et ses enfants pour mener le jihad. Mais la violence de l'EI a fini par le convaincre de fuir. «J'ai vu un cheikh de 70 ans tué juste sous mes yeux. L'Etat islamique ne peut pas continuer ainsi. Il y a beaucoup de jeunes âgés de 14 ou 15 ans qui se joignent à eux. J'espère que mon témoignage les fera réfléchir.»

VIDEO. Le reportage de CNN (en anglais)

Selon un autre membre de l'EI interrogé par CNN et toujours en activité, les frappes de la coalition n'ont que très peu d'effet sur les jihadistes qui se sont préparés à ces attaques. «Nous sommes prêts depuis quelque temps déjà», explique ce combattant surnommé Abou Talha. « Nous savons que nos bases sont connues parce qu'ils nous suivent avec leurs radars et leurs satellites, mais nous avons d'autres endroits au cas où.»

«Les frappes ne pourront pas nous arrêter»

Abou Talha se moque également du bombardement des raffineries contrôlées par l'EI en Syrie. Dimanche, des frappes ont visé quatre raffineries et un complexe gazier près de Raqa, au nord de la Syrie. «Il n'y a pas que le pétrole qui nous rapporte de l'argent. Ces pertes ne vont pas nous empêcher d'avoir des financements. »

Même si les attaques de la coalition entravent le développement de l'Etat islamique, le jihadiste ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le lundi 29 sept 2014 à 22:42

    La FRANCE les nourri et les protége .Bien venue en Alibabaland.

  • M3182284 le lundi 29 sept 2014 à 22:26

    C'est normal, ils voient ce qu'ils ont été incapables de faire: une démocratie, mieux: une civilisation! Quand leur business modèle n'a pas évolué de puis la Razzia. Les almohades? Des Berbères, pas ces cavaliers nomades qui pillent les sédentaires. Rien de neuf je vous dis: haine et obscurantisme, face à Liberté lumière, tolérance

  • janaliz le lundi 29 sept 2014 à 21:23

    Donc les plus demeurés !