Les jihadistes dans la ligne de mire des réseaux sociaux

le
0
Les jihadistes dans la ligne de mire des réseaux sociaux
Les jihadistes dans la ligne de mire des réseaux sociaux

Les jihadistes sont dans la ligne de mire des réseaux sociaux qui appliquent avec fermeté leur règle de ne pas diffuser des images cruelles et sanglantes comme des décapitations ou des exhibitions d'otages."Nous revoyons tous les contenus contrevenant à nos règles, qui interdisent les menaces violentes et ce qui va contre la loi", a indiqué Twitter à l'AFP.Le groupe Etat Islamique est ainsi dans la ligne de mire de réseaux qu'ils ont pris l'habitude d'utiliser, tels que Twitter et YouTube qui travaillent à repérer les messages violant leurs règles.La société Twitter, basée en Californie (ouest des Etats-Unis), a ainsi supprimé en août les photos et vidéos de la décapitation du journaliste américain James Foley diffusées par les jihadistes."Nous avons suspendu et continuons à suspendre les comptes quand nous y voyons des références à ces horribles images. Merci", avait alors indiqué le PDG de Twitter, Dick Costolo, dans un message.YouTube a enlevé la vidéo en conformité avec sa règle de ne pas diffuser "des contenus violents ou sanglants qui ont pour but de choquer, de faire sensation ou d'être irrespectueux".Sa politique, publiée sur son site, vise à ne pas "franchir la ligne jaune" et à "ne pas diffuser ce qui est mauvais"."Nous encourageons la liberté d'expression et défendons le droit de tout le monde d'exprimer des vues qui ne sont pas partagées", explique la plate-forme américaine détenue par Google dans une vidéo en ligne, "mais nous n'autorisons pas les prises de position haineuses".Une vidéo de l'otage britannique John Cantlie était disponible jeudi sur YouTube mais avait été remplacée le lendemain par un message indiquant que la vidéo avait été supprimée, due à son contenu contrevenant aux règles de la plate-forme.Elle pouvait toutefois être visionnée sur d'autres comptes, montrant ainsi comment des contenus peuvent être rediffusés. - ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant