Les jeux vidéos violents liés au risque de délinquance et d'abus d'alcool

le
0
Les jeux vidéos violents liés au risque de délinquance et d'abus d'alcool
Les jeux vidéos violents liés au risque de délinquance et d'abus d'alcool

Les jeux vidéos violents glorifiant des personnages antisociaux accroîtraient le risque de délinquance et d'autres comportements risqués comme le tabagisme et la consommation d'alcool chez les adolescents, révèle lundi une étude américaine.Plus généralement, ces jeux destinés à des adultes paraissent affecter l'idée que ces jeunes se font d'eux-même, ce qui peut influer potentiellement sur leur ego dans le monde réel, précisent ces chercheurs du Darmouth College, une université située dans le New Hampshire (nord-est).Leurs travaux paraissent dans Personality and Psychology, la revue de l'Association américaine de psychologie.Une précédente recherche menée dans cette même université publiée en 2012 montrait déjà que de tels jeux vidéo pouvaient inciter des adolescents à se montrer imprudents en voiture.Mais "jusqu'alors les études conduites sur l'influence des jeux vidéos sur la jeunesse se concentraient principalement sur leurs effets relatifs à l'agressivité et aux comportements violents", explique James Sargent, professeur de pédiatrie au Dartmouth College, co-auteur de cette recherche.Selon lui, "cette étude est importante car elle suggère pour la première fois que les jeux vidéos violents pourraient non seulement inciter les adolescents à avoir des comportements violents, mais les encourager aussi à la consommation d'alcool et de tabac ainsi qu'à avoir des comportements risqués sexuellement ou au volant".En fait, les jeunes qui jouent à ces jeux vidéo risquent de s'identifier aux protagonistes asociaux qui y sont représentés, relève Jay Hull, du département de psychologie et d'études du cerveau du Darmouth College, le principal auteur de ces travaux."Nous sommes ce que nous prétendons être et de ce fait nous devons faire attention à ce que nous prétendons être", dit-il.Pour cette recherche, les auteurs ont effectué une étude avec plus de 5.000 adolescents américains ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant