Les jeux vidéo "thérapeutiques" en quête de reconnaissance scientifique

le
0
Les jeux vidéo "thérapeutiques" en quête de reconnaissance scientifique
Les jeux vidéo "thérapeutiques" en quête de reconnaissance scientifique

Concentrée, Sylvie enchaîne des mouvements réels, amples et rapides, pour faire bouger son avatar numérique dans un jeu vidéo. Un banal moment de loisir? Non, un essai clinique très sérieux sur la maladie de Parkinson à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière.Sylvie fait partie d'un groupe test de dix malades de Parkinson âgés de 55 à 70 ans ayant déjà tout essayé pour réduire leurs troubles moteurs et cognitifs associés: médicaments, stimulation cérébrale par électrodes, kinothérapie...Pendant 45 minutes, elle lève les bras, fait des fentes sur les côtés, fléchit les genoux. Tous ses gestes sont captés par une caméra infrarouge et répliqués sur son personnage dans le jeu Toap Run, une taupe évoluant dans différents univers où il faut éviter des obstacles et attraper des piécettes pour gagner des points."Physiquement c'est très dur, et il faut anticiper" les mouvements, déclare cette ancienne prof de gym de 60 ans, au début "assez réfractaire" à l'idée d'essayer un jeu vidéo, mais qui estime désormais en voir les bienfaits "tous les jours"."J'ai plus de stabilité, je marche plus droit, et j'ai repris un peu goût à la vie", confie-t-elle."Les premiers résultats de l'étude sont très encourageants", s'enthousiasme la neurologue Marie-Laure Welter, qui travaille sur Toap Run au laboratoire Brain e-Novation à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) de la Pitié-Salpêtrière.Si la rééducation a toujours fait partie du panel thérapeutique de la maladie de Parkinson, encore faut-il y avoir accès et la pratiquer sur la durée, en gardant la motivation. Or, dans le jeu, "il y a tous ces ingrédients", selon Mme Welter.Il est par ailleurs "probable" selon elle que le jeu permette de secréter de la dopamine chez les patients, cette hormone du plaisir et de la motivation qui régule aussi des activités motrices, et qui est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant