Les jeux sont ouverts pour l'ex-Chantier de l'Atlantique

le
0
Les jeux sont ouverts pour l'ex-Chantier de l'Atlantique
Les jeux sont ouverts pour l'ex-Chantier de l'Atlantique

Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, la semaine passée. Le chef de l'Etat, François Hollande, en visite à La Rochelle le 8 novembre. Ces derniers jours, les déclarations se sont multipliées sur l'avenir de STX France, l'ex-Chantier de l'Atlantique de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), dont la maison mère, le groupe coréen STX, vient d'éviter de justesse la liquidation. Une décision d'un tribunal de commerce de Séoul, rendue vendredi, ouvre désormais la voie aux candidats à la reprise.

 

Pour le syndicaliste, peu importe de savoir si l'Etat doit ou non monter au capital de ce fleuron industriel d'où est sorti, en mai, le plus grand navire de croisière du monde, le somptueux « Harmony of the Seas ». La CFDT veut que le repreneur soit « un industriel européen » qui défende « un projet industriel et [...] des emplois derrière ». Le président de la République, qui évoque un « enjeu essentiel », a lui promis que l'Etat « accompagnera dans [le] développement et l'évolution de [l'actionnariat] » STX France.

 

Quatre repreneurs sur les rangs

 

Autant dire que, parmi les dossiers du secrétaire d'Etat à l'Industrie, Christophe Sirugue, celui-ci trône tout en haut de la pile. Car si STX France est actuellement en pleine forme, avec un carnet de commandes bien rempli et 14 paquebots de croisière à construire d'ici à 2026, les répercussions d'une mauvaise vente pourraient être terribles.

 

L'entreprise, qui a déjà changé de mains trois fois en dix ans (vendue par Alstom au norvégien Aker Yards en 2006, puis rachetée par STX en 2008), emploie 2 600 salariés et fait travailler environ 5 000 sous-traitants en France.

 

Qui seront les candidats à la reprise ? Quatre sociétés seraient sur les rangs, dont au moins deux européennes, a confirmé Christophe Sirugue. Elles ont jusqu'au 26 décembre pour finaliser leur offre. Selon « Ouest-France », deux groupes asiatiques, la China State Shipbuilding ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant