Les Jeunesses nationalistes révolutionnaires dissoutes le 26 juin

le
5
Les Jeunesses nationalistes révolutionnaires dissoutes le 26 juin
Les Jeunesses nationalistes révolutionnaires dissoutes le 26 juin

Jean-Marc Ayrault avait demandé samedi au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, d'engager « immédiatement » la procédure de dissolution des Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), groupuscule d'extrême droite, après la mort du militant d'extrême-gauche Clément Méric. Selon nos informations, cette dissolution sera décidée lors du Conseil des ministres du mercredi 26 juin prochain.

Selon les services du Premier ministre, cette demande repose sur des éléments antérieurs à la mort de Clément Méric, et « plus larges ». Ils soupçonnent les JNR d'être en passe de constituer un « groupe de combat ». Les 5 personnes impliquées dans la mort du militant d'extrême gauche ne sont pas membres des JNR, mais sympathisants de Troisième Voie, un groupuscule dont les JNR assureraient le service d'ordre.

Une procédure également lancée contre «Troisième voie»

Jean-Marc Ayrault a annoncé ce mardi à l'Assemblée nationale qu'il lançait une procédure pouvant aboutir à la dissolution du groupe d'extrême droite Troisième Voie et d'autres «groupements» de cette mouvance, près d'une semaine après la rixe qui a coûté la vie à Clément Méric. Le Premier ministre a rappelé la procédure contradictoire lancée le week-end dernier contre les Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), un groupe de 20 à 30 personnes qui constitue une sorte de service d'ordre de Troisième Voie, dirigé par Serge Ayoub, alias «Batskin».

Ces procédures de dissolution s'ajoutent à une liste de près d'une soixantaine d'organisations ou groupes politiques dissous par le pouvoir depuis 1958. La dernière dissolution remonte à 2012 et concernait un groupuscule islamiste, Forsane Alizza.

L'utilité d'une telle procédure est toutefois contestée. Des militants d'Unité radicale, un groupuscule néo-nazi dissous après la tentative d'assassinat de Maxime Brunerie contre Jacques Chirac en 2002, s'étaient ainsi rassemblés par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 le mardi 11 juin 2013 à 20:47

    Il ne dit rien celui qui a dit "il est interdit d'interdire"

  • mucius le mardi 11 juin 2013 à 19:58

    Ces abrutis qu'ils soient skins ou antifas ont envie de s'étriper. Ce n'est pas une dissolution d'un ou de plusieurs mouvements de droite qui changeront les choses. Méric faisait partie des abrutis qui voient des fac\hos partout : il est mort de son obsession.

  • laeti453 le mardi 11 juin 2013 à 19:41

    Il faut dissoudre tous les mouvements c.ns: vaste programme , comme disait le Général.

  • papy988 le mardi 11 juin 2013 à 19:07

    Et l'extreme gauche ce sont des anges???

  • KAFKA016 le mardi 11 juin 2013 à 18:45

    Erreur ils vont entrer dans le clandestinité et se radicaliser!!