Les jeunes révolutionnaires de Tahrir en mal de héros

le
0
Mercredi et jeudi, 52 millions d'Égyptiens seront appelés aux urnes pour élire leur président.

La tête couverte d'un voile orange, la couleur d'Abdel Moneim Aboul Fotouh, Ghada, sourire aux lèvres, boit les paroles de son candidat. À 18 ans, cette jeune militante du parti al-Wassat, formation islamiste modérée, est venue en minibus avec ses copines de Khanka, une ville populaire jouxtant les faubourgs du Caire, jusqu'au centre de la capitale, pour assister au dernier meeting d'Aboul Fotouh. La jeune révolutionnaire, qui n'a pas hésité à affronter les gaz lacrymogènes et les tirs pendant les 18 jours qu'a duré le soulèvement contre Moubarak, fait bloc derrière cet islamiste modéré à la dent dure contre l'armée au pouvoir. «Il comptait parmi les premiers à descendre avec nous. Il est aujourd'hui le meilleur pour faire aboutir les demandes de la révolution.»

À l'instar de la militante, beaucoup de jeunes activistes islamistes se sont rangés derrière Aboul Fotouh. C'est le cas notamment des membres du Tayyar al-Masri, un parti prorévolutionnaire, fondé au p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant