Les jeunes rencontrent souvent des difficultés pour se loger

le
1

Le logement représente en moyenne 35 % du revenu mensuel des 18/29 ans. Un jeune sur trois déclare avoir des difficultés pour payer son loyer, selon une étude de Guy Hoquet.

Les jeunes, qui peinent de plus en plus à décrocher un premier emploi stable, ont aussi du mal à se loger. Un peu plus d'un tiers (36 %) des 18/29 ans habitent d'ailleurs toujours chez leurs parents, 39 % sont locataires (et 4 % colocataires) et 19 % propriétaires, selon une étude réalisée par CSA pour Guy Hoquet, qui a interrogé 882 personnes âgées de 18 à 29 ans.

Pour la majorité des sondés (85 %) il est difficile de trouver un logement, voire «très difficile» (26 %). Ils ont une vision plutôt pessimiste de leur situation qu'ils estiment «sans précédent» et considèrent que la vie était plus simple pour leurs parents au même âge. Ce sentiment est un peu plus prononcé chez les habitants d'Île de France, où le logement est plus onéreux qu'ailleurs.

Car voler de ses propres ailes coûte cher. «Le logement représente en moyenne 35 % du revenu net mensuel des jeunes, contre 24 % pour l'ensemble de la population», note l'étude de Guy Hoquet/CSA. Et un sondé sur trois déclare rencontrer des difficultés pour payer son loyer. Du coup, lorsqu'ils cherchent un logement, les trois quart des sondés (73 %) se focalisent surtout sur le montant du loyer et des charges à payer. Son confort est revanche souvent secondaire (45 % des sondés le mettent en avant), tout comme sa surface (31 %), la proximité des transports et des commerces (31 %) et surtout son emplacement par rapport à la maison familiale.

Les jeunes, qui se disent massivement insatisfaits de la politique du logement actuelle, souhaiteraient que le gouvernement agisse pour faire baisser les prix (45 %), qu'il accorde des aides financières (43 %), ou réquisitionne des logements vacants (37 %). «A noter que quatre jeunes sur cinq n'ont jamais entendu parler de loi ALUR (votée en février), présentée par Cécile Duflot comme un moyen d'accéder plus facilement au logement pour, notamment, les jeunes locataires», précise l'étude.

Malgré leurs difficultés actuelles, bon nombre des 18/29 ans, restent ambitieux et rêvent de devenir propriétaires de leur maison ou appartement. «Près d'un sondé sur deux (48 %) cite le fait de devenir propriétaire comme l'un des projets les plus importants à ses yeux. Celui-ci arrive d'ailleurs avant l'envie de fonder une famille (45 %), de voyager (36 %), de créer son entreprise (23 %) ou encore d'emménager à l'étranger ou dans une autre région (17 %)», constate l'étude... «Les jeunes se dévoilent assez conformistes en voyant dans l'acte d'achat une dimension statutaire et sécuritaire», commente Fabrice Abraham, Directeur Général de Guy Hoquet l'Immobilier. Mais tous savent qu'avant d'acheter leur «home sweet home», ils devront trouver un emploi...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • SaasFee le vendredi 11 avr 2014 à 02:48

    Il faut faire exploser en plein vol les prix du foncier, en s attaquant aux causes : regles d'urbanisme trop strictes favorisant la speculation au proffit de qqes inities / amis ets... Si rien n'est fait, je predis une belle situation a la japonaise pour les 15 prochaines annees. 1 generation sacrifiee, 1 baisse drastique de la natalité... bref que du bonheur pour faire face aux problemes de la France dans les prochaines anne.