Les Jaune et Vert déjà dans le rouge ?

le
0
Les Jaune et Vert déjà dans le rouge ?
Les Jaune et Vert déjà dans le rouge ?

Le début de saison sent mauvais du côté de Nantes, où les prestations indigestes se succèdent, sans rayon de soleil entre les nuages. Et déjà, dans les travées de la Beaujoire, certains commencent à craindre que cette saison ne ressemble typiquement à une autoroute vers la descente.

Traumatisé par quelques années à faire le yo-yo entre la Ligue 1 et la Ligue 2, depuis que le FC Nantes a retrouvé l'élite en 2013, il se garde bien de fanfaronner et de se montrer trop ambitieux. À chaque début de saison, les Canaris jurent qu'ils sont là pour le maintien, et semblent prendre du plaisir à être catalogués comme une équipe faiblarde dont on n'attend pas beaucoup. Une jolie preuve de fausse modestie. En effet, depuis la remontée de 2013, le FC Nantes a souvent fait plus que de la figuration, ne flirtant que rarement avec la zone rouge. Pour son retour chez les grands, en 2013-2014, Nantes aborde la phase des matchs retour à une belle huitième place. L'année d'après, il tourne aux abords du podium jusqu'à début décembre.


Et la saison dernière, ils se sont payés une superbe série hivernale de treize matchs sans défaite en Ligue 1, entre novembre et fin février. Dans tous les cas, le maintien avait été acquis assez tôt dans la saison, et les Nantais s'étaient contentés de gérer des fins de saison sans enjeu en pilotage automatique, terminant systématiquement en milieu de deuxième partie de tableau, dans ce confortable océan un peu médiocre qui fait le charme de la Ligue 1. Mais cette saison, les voyants sont au rouge, plus que jamais depuis trois ans. Effectif plus faible que jamais, projet de jeu inexistant, leadership fantôme sur le terrain et sur le banc, querelles d'ego... Après six journées de championnat, la catastrophe arrive à grands pas, et la situation ravive de très mauvais souvenirs du côté de la Beaujoire.

La psychose de l'attaque


Si l'attaque était le fléau des Nantais ces trois dernières saisons, cette année, son inefficacité est proche du sketch. Après un but de Thomsen face au promu dijonnais en ouverture, Nantes doit attendre la 5e journée et ce but de Stępiński face à un autre promu, Nancy, pour se souvenir de ce que ça faisait de marquer. Entre les deux, 378 minutes de néant offensif s'étaient écoulées, Nantes n'a toujours pas marqué à domicile, et y a même reçu cette gifle 3-0 par le troisième promu, Metz. Mercredi dernier, contre des Stéphanois réduits à 10 en un quart d'heure, touchés…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant