Les Japonais lèvent le thon

le , mis à jour à 06:04
0
Les Japonais lèvent le thon
Les Japonais lèvent le thon

Il s'agit de l'un des principaux ingrédients de la cuisine japonaise. Le « katsuobushi » se présente sous la forme de copeaux extrêmement fins de bonite, un poisson cousin du thon (aussi appelé thon listao), après que ce dernier a été séché et fumé. Préparé quotidiennement au Japon, le katsuobushi demeure un mets encore peu connu du grand public occidental. Les choses devraient bientôt changer.

C'est à Concarneau (Finistère), en effet, que l'entreprise Makurazaki France vient d'ouvrir, à deux pas du port de pêche, le tout premier centre de production de ce type en Europe. « Nous avons constaté un intérêt croissant pour notre cuisine traditionnelle, explique Katsuhiko Oishi, PDG de Makurazaki France. Notre but est d'approvisionner les consommateurs européens. » Sauf que « pour des raisons de normes sanitaires européennes et de coûts », il est compliqué d'exporter du katsuobushi du Japon en France. Qu'à cela ne tienne, dix actionnaires japonais qui travaillent dans cette filière ont choisi de créer Makurazaki France, en 2014, dans la ville de Makurazaki, préfecture de Kagoshima, une région spécialisée dans la préparation de ces lamelles de poisson depuis plus de trois cents ans. Ensuite, direction le Vieux Continent.

 

« Il était plus simple de construire directement une unité en France et de distribuer le katsuobushi en Europe à partir de là », explique Gwenaël Perhirin, directeur de la succursale concarnoise, qui compte, pour l'heure, six employés. Ces derniers ont d'ailleurs séjourné un temps au Japon afin d'y être formés à l'art ancestral de la découpe de la bonite.

 

L'usine de Concarneau, qui compte 760 m² d'espace de production, reçoit chaque jour près d'une tonne de poisson. La matière première est apportée, congelée, dans des conteneurs, par des thoniers de la Compagnie française du thon océanique (CFTO), qui pêche principalement dans l'océan Indien et en Atlantique. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant