Les Ivoiriens ne font pas les Maliens

le
0
Les Ivoiriens ne font pas les Maliens
Les Ivoiriens ne font pas les Maliens

La Côte d'Ivoire n'y arrive décidément pas. Depuis l'avènement de la fameuse génération ASEC, c'est probablement la moins bonne équipe qui évolue actuellement à la CAN. Dans un match qui a plus valu pour son début et sa fin, Maliens et Ivoiriens prennent le point syndical (1-1). Au moins, y aura encore du suspens...


Côte d'Ivoire - Mali
(1-1)

M. Gradel (83') pour Côte d'Ivoire , B. Sako (6') pour Mali.


Hervé Renard hurle. Il tape le sol, il vocifère en postillonnant aux oreilles de Kanon. Sa Côte d'Ivoire n'y arrive pas. Menés depuis la sixième minute, les Eléphants tentent vainement d'amener le danger à l'opposé de leur but, mais ça ne marche pas trop. C'est lent, c'est imprécis, et ça cale contre une organisation malienne dont la qualité est à souligner. Au final, c'est via le très bon Max Alain Gradel que la Côte d'Ivoire va sauver les meubles en emportant un point sur un score décidément très "Groupe D".
Sako prend tout le monde à froid
Dès l'entame du match, les Ivoiriens mettent le pied sur le ballon. Pourtant, les Maliens vont se montrer directement les plus efficaces. Excentré sur la droite, Sambou Yatabaré centre au deuxième poteau pour Sako dont la reprise, difficile mais superbement exécutée, finit au fond des filets, laissant Aurier et Gbouhou pantois. Les Ivoiriens ne savent décidément pas inscrire le premier but. Pour réagir, les Eléphants comptent sur Bony et sur Doumbia, mais la reprise acrobatique de ce dernier passe à côté du poteau de Diakité. Progressivement, les favoris ivoiriens montrent qu'ils ne sont pas là pour rien. Mais ce n'est pas assez rapide pour Hervé Renard qui vient littéralement hurler dans les oreilles de Kanon au moment où l'arrière gauche effectue une rentrée en touche. Secoué par le sort de son coéquipier, Wilfried Bony passe la seconde. Dans le coin du rectangle, le néo Citizen devient fou : il réussit le flip flap, accélère avant de se faire tacler fautivement... par la tête de Wagué, mais aucun pénalty sifflé. Sur le corner qui suit, Kolo Touré vient faire trembler tout le Mali en claquant sa tête sur la barre transversale.

De l'autre côté, la fratrie Yatabaré assure l'animation à coups de une-deux, de talonnades, et de débordements sur les flancs, mais il faut quand même bien dire que Gbohouo n'est pas fort inquiété par le reste de l'équipe. À la demi heure,...










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant