Les IVG en hausse chez les moins de 25 ans

le
0
Des spécialistes suggèrent une politique de prévention auprès des plus jeunes.

En France, le nombre d'IVG ne baisse pas au fil des années, regrettent les uns. Le droit à l'interruption volontaire de grossesse est menacé, clament les autres. Trente-six ans après l'adoption de la loi Veil, dix ans après la loi Aubry qui a rallongé le délai légal d'intervention de 10 à 12 semaines et supprimé l'autorisation parentale pour les mineures, le sujet reste sensible. Ce lundi, le professeur Israël Nisand, gynécologue obstétricien du CHU de Strasbourg, fait le point sur les nouveaux enjeux de l'IVG en 2011 dans une conférence organisée à Paris. «Actuellement, une grossesse sur trois est non désirée, contre une sur deux il y a dix ans. Dans cette situation, les femmes décident de l'interrompre six fois sur dix», précise le célèbre spécialiste.

Dans l'opinion, le droit à l'avortement ne laisse pas les Françaises indifférentes. 83% d'entre elles se disent toujours prêtes à se mobiliser pour défendre ce droit, selon une enquête réalisée pour l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant