Les islamistes tunisiens s'engagent à céder le pouvoir

le
0
Le «dialogue national», ouvert samedi, prévoit la formation en trois semaines d'un gouvernement d'indépendants.

Tunis

Le parti islamiste Ennahda s'est engagé samedi à quitter le pouvoir avant la fin du mois d'octobre, à l'issue de la première séance du «dialogue national» inaugurée le même jour pour résoudre la crise politique en Tunisie. Le vice-président d'Ennahda, Abdelhamid Jelassi, voit là «une grande concession faite dans l'intérêt du pays». C'était l'une des exigences de l'opposition tunisienne après l'assassinat, le 25 juillet, du député Mohammed Brahmi. Un meurtre toujours pas élucidé qui a plongé le pays dans une paralysie politique.

L'organisation de ce «dialogue» sous l'égide du syndicat UGTT, du patronat, de la Ligue tunisienne des droits de l'homme et de l'Ordre des avocats a nécessité deux mois. Le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi, et les dirigeants des partis d'opposition ont paraphé une feuille de route prévoyant un plan...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant