Les islamistes égyptiens tentés de rompre avec le régime 

le
0
Attentistes pour le moment, la crise les a pris de court. Mais ils accompagnent tout de même la fronde sans appeler à une confrontation directe

La scène se passe peu avant un entretien avec Hosni Moubarak, il y a quelques années. «Aucune question ne doit lui être posée sur les Frères musulmans», nous glisse à l'oreille un de ses conseillers. Volubile, le raïs évoquera, pourtant, ses ennemis intérieurs. Mais dans l'avion du retour au Caire, son chef des services de renseignements, Omar Souleiman, exigera de relire l'interview pour en expurger finalement toute référence aux islamistes.

Première force d'opposition, les Frères musulmans font peur au pouvoir, qui cherche à réduire leur représentation politique, après leur percée aux élections législatives de 2005. Mais curieusement, ces derniers jours, les militants intégristes sont loin de constituer le gros des manifestants, qui défient le régime. Interdits, mais tolérés: leur relation avec le pouvoir est ambiguë. Et cette ambiguïté expliquerait largement l'attentisme des islamistes dans une crise qui les a pris de court.

«Ils font deux calculs, affir

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant