Les islamistes autoradicalisés, cauchemar de l'antiterrorisme

le
0
Après Londres, l'agression d'un militaire à la Défense inquiète les autorités à Paris.

L'attaque à l'arme blanche, samedi après-midi, contre un soldat de 23 ans du 4e régiment de chasseurs alpins, en patrouille Vigipirate dans le complexe ferroviaire de la Défense (Hauts-de-Seine), prend un relief particulier trois jours après le meurtre à la machette, à Londres, en pleine rue et «au nom d'Allah», d'un jeune militaire du second bataillon du régiment royal des fusiliers.

L'agression de la Défense inquiète d'autant plus qu'elle a un précédent en France. Le 7 mai dernier, un gendarme de 44 ans a reçu trois coups de couteau, dont un au cou, par un déséquilibré qui a fait irruption dans la gendarmerie de Roussillon (Isère). L'agresseur a ensuite reçu un projectile dans la cuisse tiré par un autre militaire, lui-même blessé par l'éclat de la balle. Le dément se présentait comme un «guerrier de l'islam». En entrant dans la brigade de gendarmerie, il a crié «Al...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant