Les Iraniens osent le voile

le , mis à jour à 08:36
0
Les Iraniens osent le voile
Les Iraniens osent le voile

L'initiative à pour nom de code Men in hijab (« les hommes en hidjab »). Et elle commence à faire un tabac sur Internet. L'idée est simple : pour protester contre le port obligatoire du voile islamique pour les femmes de son pays, une journaliste iranienne, Masoumeh Alinejad-Ghomi, incite les hommes à se couvrir la tête et à poster leurs photos sur les réseaux sociaux.

Plusieurs dizaines d'entre eux se sont pris au jeu et ont défié les mollahs de Téhéran en s'affichant, tout sourire, sur une page Facebook spécialement ouverte pour l'occasion, My Stealthy Freedom (« Ma liberté furtive »). « Je participe à cette campagne car je soutiens les femmes de ma famille, raconte un des frondeurs. Ce devrait être un droit pour chaque être humain de s'habiller comme il l'entend. » Un autre se dit choqué par la façon archaïque dont les femmes sont traitées en Iran : « Je n'ai pas pu porter ce hidjab plus d'une seconde. Je ne sais pas comment les femmes s'en accommodent. Quand, ailleurs, certaines sont en lice pour devenir présidentes, chez nous, le gouvernement cherche à restreindre leur liberté. »

VIDEO. Elections en Iran : les femmes veulent peser plus

En Iran, depuis la révolution de 1979 et l'arrivée au pouvoir de l'ayatollah Khomeyni, les femmes doivent se voiler la tête et porter un vêtement qui couvre leurs épaules, leurs bras, leurs fesses. Les touristes de passage ne sont pas vraiment concernées. Une simple casquette, un chapeau, un foulard vite noué sont tolérés. Pour les Iraniennes, en revanche, la police religieuse et les tribunaux ne plaisantent pas. Forte amende, peine de prison, disgrâce : la liste des punitions est longue.

Réfugiée à New York après avoir vécu en Grande-Bretagne, Masoumeh Alinejad-Ghomi ne risque pas grand-chose, sauf peut-être si elle retourne un jour dans son pays. Apparemment, les hommes qui témoignent sur son site et qui vivent toujours en Iran, non plus. « Ici, personne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant